"Ces barbares n'ont ni foi, ni loi, ni religion"

Publié le Mis à jour le

Yasmine Bouzergan Marzouk a perdu trois membres de sa famille dans l'attentat de Nice. En évoquant leur mémoire lors de la cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme aux Invalides, elle n'a pu retenir ses larmes: "Ces barbares n'ont ni foi, ni loi, ni religion"

Yasmine Bouzergan Marzouk a perdu trois membres de sa famille dans l'attentat de Nice. En évoquant leur mémoire, elle n'a pu retenir ses larmes. Elle a insisté pour dire que sa famille était de confession musulmane. Voici un extrait de son discours.

"Pas faire d'amalgame"

"Je n'aurais jamais pensé du haut de mes 21 ans devoir rendre hommage à ma ville mais encore moins à ma famille. Nous sommes une famille de confession musulmane et il ne faut surtout pas faire l'amalgame car ces barabares n'ont ni foi, ni loi, ni religion.

Fatima, 44 ans, était une femme aimante, épanouie et dévoué à sa famille. Elle n'a jamais eu d'enfant mais a toujours considéré ses six neveux et nièces comme les siens. Elle était un véritable pillier pour nous. Elle aimait la vie et condamnait le terrorisme sans savoir qu'elle aurait été frappée par ses actes odieux."
Mehdi n'avait que 13 ans. Que dire, il laisse derrière lui sa moitié, sa jumelle. On a hôté la vie à un enfant qui avait devant lui un avenir prometteur. Il était un véritable compétiteur."
Ami, 12 ans avait passé la journée et la soirée avec notre famille. Elle s'est éteinte à l'hôpital moins d'une heure après le drame sous les yeux de ses parents. Elle voulait devenir avocate ou journaliste. Elle était française. Elle était fragile. Elle était heureuse et c'est pour ça qu'elle est tombée.

"Tolérance, cohésion et amour"

Ces criminels se sont attaqués ce soir-là à un symbole républicain mais plus partiulièrement à des enfants qui représentent l'avenir de la France mais aussi à des Français symboles de tolérance, de cohésion et d'amour."

durée de la vidéo: 04 min 58
Témoignage niçoise aux Invalides


Hommage aux victimes de l'attentat de Nice. Au total, 86 personnes sont mortes alors qu'elles venaient d'assister au feu d'artifice du 14 juillet, sur la promenade des Anglais.

Hommage aux 86 victimes de l'attentat de Nice


Réforme du système d'indemnisation

François Hollande a annoncé lundi, lors de la cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme, une réforme du système d'indemnisation, indiquant que les ressources du Fonds de garantie seraient "revues" et que l'Etat "s'en porterait garant dans la durée".
Le chef de l'Etat a également affirmé qu'il était du "devoir de l'Etat de répondre à toutes les questions" sur "chaque attentat", "y compris sur son propre rôle".
"Une fois le pire advenu, l'Etat doit être exemplaire dans ses réponses, dans ses procédures et dans ses réactions", a-t-il déclaré aux Invalides, devant les familles de victimes d'attentats.