• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Hand: le joueur de St-Raphaël Raphaël Caucheteux dispute son 1er championnat d'Europe avec les Bleus

Raphaël Caucheteux le 30 novembre 2017 lors de la rencontre St-Raphaël-Aix-en-Provence / © MAX PPP
Raphaël Caucheteux le 30 novembre 2017 lors de la rencontre St-Raphaël-Aix-en-Provence / © MAX PPP

Il a été sélectionné par le sélectionneur des Bleus et à 32 ans, il jouera enfin en championnat d'Europe avec les bleus pour l'Euro contre la Norvège.

Par C.L AVEC L'AFP

Raphaël Caucheteux, handballeur né à Montpellier, actuel ailier gauche, est, avec 1438 buts à son compteur, 73 cette saison, le meilleur buteur de l'histoire du championnat français. Pourtant, pendant plus de 10 ans, il a été ignoré par l'ancien sélectionneur Claude Onesta. A 32 ans, il disputera son premier championnat d'Europe avec l'équipe de France ce vendredi contre la Norvège.


Pour Raphaël Caucheteux, il s'agit de "Dix ans de travail enfin récompensé!" / © MAX PPP
Pour Raphaël Caucheteux, il s'agit de "Dix ans de travail enfin récompensé!" / © MAX PPP


Quand Didier Dinart l'a appelé pour lui signifier sa convocation chez les Bleus, Raphaël Caucheteux n'y croyait plus.
 

Je suis très heureux de faire partie du groupe. Quand ça fait dix ans que vous attendez, vous apprenez à  persévérer



déclare-t-il.

 

J'étais performant en club et je suis quelqu'un qui se remet en question énormément. Quand tu vois la liste, tu te demandes pourquoi on ne te donne pas ta chance

confie-t-il.
"J'ai discuté avec Claude Onesta il y a deux-trois jours. Il m'a expliqué pourquoi il ne m'a jamais sélectionné, mais je ne peux pas tout dévoiler", ajoute-t-il.


En mode compétition



Désormais joueur international, Raphaël Caucheteux n'a pas raté son intégration dans le groupe lors des trois matches de préparation des Bleus le week-end dernier.
"Il trouve sa place petit à petit mais il ne part pas de zéro puisqu'il connaît déjà beaucoup de joueurs", explique son nouveau capitaine Cédric Sorhaindo. 
"J'avais un peu la boule au ventre pour mon premier match contre la Norvège. En plus, je mets le premier tir du match", raconte-t-il. "C'était du bonus, mais maintenant je suis en mode compétition."

Sur le même sujet

Le défi d'un Monégasque : nettoyer la Méditerranée en paddle

Les + Lus