REPLAY. Revivez la 1ère étape du tour cycliste des Alpes-Maritimes et du Var, remporté par Caleb Ewan

Une étape de 176,30 km a été courue par les 118 coureurs engagés, ce vendredi 18 février, au départ de cette 54e édition du Tour des Alpes-Maritimes et du Var. Au sprint final, l'Australien Caleb Ewan remporte cette première étape.

Revoir la 1ère étape 

La course était commentée par Laurent Verdi et Thomas Voeckler, l'ancien coureur et vainqueur de la course en 2011, aujourd'hui manager de l’équipe de France de cyclisme sur route. Il est notre spécialiste pour vous faire vivre cette 54e édition, et répondre à vos questions sur la course.

Un sprint gagnant à La Seyne

Le dernier sprint sur les 1200 mètres, La flamme rouge du dernier kilomètre est franchie. Caleb Ewan remporte la première étape lors du sprint final, mené de main de maitre par Lotto-Soudal. C'est l'Australien au dossard numéro 63 qui gagne cette étape entre Saint-Raphaël et La Seyne-sur-Mer, en 4h14'44''.

Dernier virage dangereux avant d'arrivée à La Seyne, il reste une poignée de kilomètres. Beaucoup de monde sur le bord de la route pour saluer les coureurs à l'approche de la Seyne-sur-Mer. La Lotto-Soudal est en pleine maitrise et mène la course.

Le Col de Mai avant l'arrivée

A 15 km de l'arrivée, en pleine côte de Mai, le Luxembourgeois Kevin Geniets, de Groupama-FDJ, lance l'offensive et parvient à prendre la tête de la course avec 20 secondes d'avance sur ses poursuivants. Peter Sagan, n'a pas pu suivre cet effort et reste dans le peloton. 

Dorion Godon a changé de vélo après une crevaison (AG2R Citroën Team). Le peloton n'est pas totalement groupé, avec seulement une quinzaine de coureurs. 

Moins de trente kilomètres avant l'arrivée

Morne van Niekerk est passé en tête à l'issue du sprint du Castellet. Maël Guégan et Evaldas Šiškevičius le suivent de près, le peloton est à moins de 20 secondes qui roule à 55km/h. Ils évoluent entre Bandol et Sanary-sur-Mer. Les choses vont s'accélérer dans cette zone péri-urbaine, avec beaucoup de ronds points et d'espace resserrés. Le Britannique Lewis Askey fait une chute à 18 km de l'arrivé mais repart sans perdre trop de temps.  

Le second sprint intermédiaire 

Les coureurs se dirigent vers le second sprint intermédiaire de la journée, qui va se disputer au Circuit du Castellet. "Un passage stratégique" pour Thomas Voekcler. 

Morne van Niekerk, Evaldas Šiškevičius, Maël Guégan et Tristan Delacroix sont dans une longue portion en montée avant de retrouver la descente. L'avance sur le peloton oscille entre 40 et 50 secondes.

Des équipes bien en place

Le peloton se tient à bonne distance et compte sur ses sprinteurs pour aborder en bonne position les derniers kilomètres, pour profiter des zones urbaines, plus techniques, explique Thomas Voekcler au micro de France 3 Côte d'Azur.

Un avis partagé par Amaël Moinard, désormais dans l'organisation du Tour des Alpes-Maritimes et du Var, qui se réjouissait avant le départ de la course. "On a trois grands sprinteurs", en citant Caleb Ewan, Nacer Bouhanni et Peter Sagan.

Thomas Voekcler fait remarquer le caractère patient du peloton, qui évolue à un rythme plutôt tranquille, à l'entrée de Signes. En tête, Lotto-Souda, Cofidis, Kern Pharma et B&B Hotels-KTM.

Une échappée qui tient

A 60 kilomètres de l'arrivée, le quatuor composé de Morne van Niekerk, Evaldas Šiškevičius, Tristan Delacroix et Maël Guégan conserve une avance de 50 secondes sur le peloton. 

Un peloton à 35 km/h

A la sortie de Gareoult, le peloton roule à 35 km, en bordure des vignobles varois. Le vent souffle à 30 km/h et la température est de 20°C. Les conditions météo ne se sont pas dégradées depuis le départ à Saint-Raphaël. Il reste 70 km avant l'arrivée. Le Sud-Africain Morne van Niekerk roule en leader à moins d'une minute des équipes Arkéa-SamsicLotto-Soudal et Cofidis, en tête du peloton.

L'ascension des cols

La course prend la route de l'arrière-pays tropézien où les flammes, en août dernier, ont ravagé plus de 7000 hectares de végétation.

A l'approche du col de la Taillude, l'échappée de Morne van Niekerk, Evaldas Šiškevičius, Maël Guégan et Tristan Delacroix, creuse l'écart. Ce sont 2'20 d'avance sur le reste des coureurs que ce quatuor détient alors qu'il reste un peu plus de 130 km à effectuer.

L'écart se creuse à 2'40 entre le peloton et l'échappée, après 50 km parcourus, dans l'ascension du premier col où Tristan Delacroix repasse en tête.

Il est toujours suivi de Maël Guégan, Evaldas Siskevicius et de Morne van Niekerk. Une descente de 4 kilomètres emmène les 4 coureurs échappés qui abordent le Col de Fourche, avec un avantage au chronomètre de 3'15 sur le peloton.

Ce sont 8 km d'ascension qui s'ouvrent pour les coureurs, avec une pente à 4,3% de moyenne.

Le Lituanien Evaldas Šiškevičius est en tête après le col de Fourche, Delacroix, van Niekerk et Guégan le suivent de près. L'avance du quatuor sur le reste des coureurs est tombée en dessous de 2'30 alors que 8 km de descente vont les mener à Gonfaron. 

A l'approche de Gonfaron, l'échappée, regagne 10 secondes d'avance, portant son avantage à 2'40. Un faux plat de 40 kilomètres, direction Flassans-sur-Issole.

Première échappée

Grand ciel bleu et conditions optimales pour le départ de cette 54e édition du Tour des Alpes-Maritimes et du Var. C'est depuis le palais des Congrès de Saint-Raphaël que les coureurs des 18 équipes en lice ont pris le départ fictif de la course, à 11h20.

Un rapide tour de chauffe pour les 118 cyclistes avant un départ réel donné à 11h30, à l'intersection entre le chemin Aurélien et la route départementale 37.

A peine le départ donné, on a assisté à une première attaque en solitaire alors que le peloton s'est groupé au bout de 5 kilomètres de course. Beaucoup de rythme dans les premières minutes.

Morne van Niekerk (St-Michel-Auber 93), Evaldas Šiškevičius (Go Sport-Roubaix Lille Métropole), Maël Guégan (Team U Nantes Atlantique) et Tristan Delacroix (Nice Métropole Côte d'Azur) mènent l'échappée, sans trop de réaction du peloton dans un premier temps. L'écart est d'1'40 peu avant midi. L'équipe Lotto-Soudal de Caleb Ewan et Tim Wellens qui ont pris la tête du peloton.

Les coureurs longent maintenant le bord de mer et amorcent la route des Issambres pour traverser Sainte-Maxime et aborder le Golfe de Saint-Tropez. Le trio de tête qui a mené l'échappée est toujours en avance sur le peloton avant de se lancer vers les cols de la Taillude (422 mètres) et de de la Fourche, (530 mètres), de troisième catégorie. 

Au 146e km, l'équipe Arkéa-Samsic prend la tête du peloton et devance l'équipe Lotto-Soudal. L'équipe française menée par Emmanuel Hubert a d'ailleurs fait savoir qu'elle ne participerait pas au Tour d'Italie, le Giro.

Une étape pour sprinteur

Le Tour des Alpes-Maritimes et du Var débute par une étape de 176,30 km reliant Saint-Raphaël et La Seyne-sur-Mer.

durée de la vidéo : 00h00mn30s
Première étape de cette 54e édition du Tour des Alpes-Maritimes et du Var entre Saint-Raphaël et La Seyne-sur-Mer. ©Tour des Alpes-Maritimes et du Var

Deux cols à plus de 400 mètres d'altitude vont s'enchainer pour les coureurs avant de rejoindre le circuit du Castellet, et d'entreprendre une arrivée vers La Seyne-sur-Mer, par la côte du mai, à 204 mètres d'altitude. 

durée de la vidéo : 00h00mn08s
Le profil de la première étape du Tour des Alpes-Maritimes et du Var. ©Tour des Alpes-Maritimes et du Var

Cette étape devrait profiter aux sprinteurs, même si les cyclistes de renom sont légion dans cette 54e édition. Pour Frédéric Maistre, le Directeur du Tour des Alpes-Maritimes et du Var : "On a du beau monde, chez Lotto-Soudal, on a Caleb Ewan et Tim Wellens, on a Thibaut Pinot chez Groupama-FPJ, on a Nacer Bouhanni et Nairo Quintana chez Arkea... On sait que l'on va avoir du spectacle, on est très contents."

Le Niçois Clément Champoussin, et Kenny Elissonde, n'ont quant à eux pas pu prendre le départ. 

Les coureurs à la rencontre de leur public

Avant que la course ne débute, les spectateurs ont été nombreux à observer leurs idoles, ou à attendre de pouvoir les apercevoir.  

Des signatures d'autographe se sont improvisées sur le parking où les équipes étaient réunies, comme ici devant le bus Cofidis.

Pour Frédéric Maistre, c'est cette proximité qui fait le succès de cette course historique dont la première s'est déroulée en 1969, remportée par un certain Raymond Poulidor, elle s'appelait alors la course Nice-Seillans. "Le cyclisme reste un des sports préférés des Français parce que c'est un sport populaire au sens noble du terme. Et on a un gros avantage, c'est que l'on passe devant chez vous, c'est gratuit [...] aujourd'hui vous pouvez venir et être à deux mètres des coureurs. On a un accueil qui est très chaleureux et très enthousiaste." explique le directeur du Tour des Alpes-Maritimes et du Var.

Qui pour succéder à Gianluca Brambilla

L'an passée, c'est l'Italien Gianluca Brambilla qui avait terminé premier au classement. Pour succéder au vainqueur de la 53e édition, Nairo Quintana, en solide vainqueur du Tour de la Provence il y a quelques jours, apparait comme l'un des grands favoris.

Tout comme le champion du monde sur route, qui a su conserver son titre trois ans d'affilée, Peter Sagan. Un début de réponse devrait se dessiner à l'approche de La Seyne-sur-Mer, vers 16h30.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité