Florence Parly, ministre des armées, rend hommage aux militaires de l'opération Sentinelle à Hyères

Les militaires de l'opération Sentinelle  sont en partie déployés en France aux côtés des forces de sécurité intérieure pour la protection des zones touristiques très fréquentées. La ministre a rendu hommage ce mercredi à Hyères. 
En blanc, la ministre des armées en visite à Hyères pour rencontrer les militaires de l'opération Sentinelle.
En blanc, la ministre des armées en visite à Hyères pour rencontrer les militaires de l'opération Sentinelle. © Mariella Coste
La ministre des Armées Florence Parly était en déplacement ce mercredi dans le Var. Elle est venue saluer le travail de la mission Sentinelle de l'armée de Terre.
 
durée de la vidéo: 00 min 37
Florence Parly à Hyères

Sentinelle, c'est un dispositif de militaires déployé au lendemain des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, pour faire face à la menace terroriste et protéger les "points" sensibles du territoire. 
Il compte 7.000 hommes, un millier est redéployé essentiellement sur le littoral méditerranéen pendant l'été dans les zones touristiques, bondées pendant l'été. 
 


Une rencontre avec des militaires du Jura


À Hyères, la ministre s'est notamment entretenue avec des militaires du 13e régiment du génie de Valdahon (Jura), qui assure depuis un mois une mission de surveillance entre Saint-Cyr-sur-Mer et Cavalaire, soit 170 km de côtes.
 

Nous faisons en sorte qu'en fonction des événements, concerts et manifestations programmées dans ces zones balnéaires, le dispositif Sentinelle soit toujours présent là où il le faut.


Florence Parly a rappelé également le changement intervenu à l'automne dernier concernant le mode d'action de la force Sentinelle, qui peut être elle aussi une clible.
 
durée de la vidéo: 00 min 25
Florence Parly


Le gouvernement a mis fin à l'état d'urgence, mais la ministre rappelle qu' "il a pris des dispositions pour faire face à une menace terroriste qui reste très élevée, et donc le dispositif n'a pas été modifié: 7.000 hommes, pouvant passer à 10.000 sur décision du président de la République en cas d'incident très grave", a-t-elle aussi rappelé.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société