• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Faïsal Arrami a fait parler les poings dimanche à Toulon

Faïsal Arrami (à droite) a remporté son combat dimanche au palais des sports de Toulon contre le Canadien Eric Martel-Bahoeli. / © MaxPPP
Faïsal Arrami (à droite) a remporté son combat dimanche au palais des sports de Toulon contre le Canadien Eric Martel-Bahoeli. / © MaxPPP

Le boxeur varois s'est imposé aux points dimanche au palais des sports de Toulon face au Canadien Eric Martel-Bahoeli lors d'un combat pour le titre vacant de champion de la Francophonie des poids-lourds WBC.

Par Matthias Julliand

Devant son public, l'enfant de Toulon Faïsal Arrami a bel et bien réussi son pari. Au terme des douze reprises, le boxeur âgé de 31 ans s'est imposé à l'unanimité des juges. Une victoire de plus qui vient s'ajouter à un palmarès déjà bien rempli. 

Faïsal Arrami, un enfant de la boxe

Né à Cannes, issu d’une famille de cinq enfants, Faïsal Arrami a grandi entre la Bretagne et Toulon. Après quelques années de pratique du karaté, il commence la boxe à 12 ans au quartier des œillets à Toulon.

A 16 ans, le Varois intègrera l'équipe de France de boxe anglaise junior en super-welters pour une courte durée de 8 mois due à la difficulté qu’il éprouve face à l’éloignement familial. Il fera un break de 4 ans pour ensuite à 19 ans reprendre la route des entrainements afin d’intégrer un an plus tard le Punch Club Toulonnais; il réalisera alors ses deux derniers combats amateurs.

1er combat professionnel à 21 ans

Faïsal Arrami réalise son premier combat professionnel le 7 avril 2006 à 21 ans. Il enchaine les victoires et gagne en 2007 le tournoi de France par ko au 1er round. Le 23 mai 2008, il remporte la coupe de la Ligue dans la catégorie lourds-légers également par ko au 1er round. En 2009, Faïsal Arrami signe à Lyon et s’entoure du staff de l'ancien champion du monde Fabrice Tiozzo.

En 2009, le président de la fédération africaine lui propose d’être challengeur pour le championnat d'Afrique en Zambie. Il part seul (sans entraineur) en Zambie et gagne par ko au 10e round le 17 octobre 2009 au Nationalist Stadium de Lusaka. C’est alors que nait son surnom de The African King.

Faïsal tombe gravement malade le 1er janvier 2010 et combat en Pologne contre Mateusz Masterrak. Il perd par arrêt de l'arbitre au 8e round.

Le 27 mars 2011, il se relance en décrochant le titre de champion de France des lourds-légers contre Zakaria Azzouzi. Il confirmera sa bonne forme par une victoire le 2 décembre 2011 par ko au 9e round contre Christophe Dettinger, combat durant lequel il se blesse gravement à l'épaule. 

Après un repos d’un an, Faïsal Arrami boxe au Canada pour un titre nord américain contre Denton Daley. Blessé à l'épaule, il abandonne au 4e round et subira une opération de l'épaule à Lyon. S'en suivent une longue convalescence d’un an et demie puis un retour dans la catégorie des poids lourds. Le 29 novembre 2014, il renouera avec la victoire lors d'un combat contre le Polonais Jakov Gospic au gymnase du port marchand de Toulon.

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus