• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

VIDEO. Un surveillant de Toulon se souvient du détenu Mehdi Nemmouche

Le surveillant David Mantion se souvient d'un détenu discret. / © France 3 Provence-Alpes
Le surveillant David Mantion se souvient d'un détenu discret. / © France 3 Provence-Alpes

Nous avons rencontré un surveillant de la prison de la Farléde à Toulon qui se souvient bien du détenu Mehdi Nemmouche. Le tireur présumé de la tuerie du musée juif de Bruxelles était incarcéré à Toulon de 2010 à 2012. Ce surveillant nous raconte son comportement en prison. 

Par Karine Bellifa

David Mantion est surveillant à la prison de la Farlède de Toulon. Il a cotoyé Mehdi Nemmouche pendant ces deux années de détention entre 2010 et 2012. Il se souvient d'un détenu très discret, pratiquant assidûment le rite musulman. Un jeune homme qui s'est fait pousser la barbe après son arrivée à la prison de la Farlède.

Il demande une télévision pour suivre l'affaire Merah

Mehdi Memmouche ne voulait pas de télévision dans sa cellule, il en a néanmoins réclamé une pour suivre l'affaire Merah de Toulouse. David Mation raconte : "Quand il y a eu l'affaire Merah, tout de suite il a demandé à avoir un poste de télévision pour suivre l'affaire" et il ajoute :

Son comportement a un peu changé, il était un peu jubilatoire. Une fois la médiatisation retombée, il a rendu le téléviseur"

Un an à l'isolement

Mehdi Nemmouche a été placé plus d'un an à l'isolement notamment en raison de son comportement prosélyte. Une mesure décidée en octobre
2011 et ce jusqu'à sa sortie en décembre 2012, du fait de problèmes disciplinaires et de "tendances prononcées" à vouloir rallier à sa religion d'autres détenus, explique David Mantion, secrétaire régional adjoint de l'UFAP-Unsa Justice Paca Corse.

Un surveillant se souvient de ce détenu

Il faisait du prosélytisme

L'homme a par exemple tenté plusieurs fois de revêtir, lors de la promenade, une djellaba, qu'il descendait cachée sous son bras. "Il essayait d'enrôler" des codétenus,d'après le surveillant.  Une fois à l'isolement, il a adopté "un comportement plus calme dans l'ensemble", explique M. Mantion, qui travaillait dans ce quartier comprenant une dizaine de cellules. Il se souvient :

Il faisait les cinq prières par jour. Il avait la barbe, portait la djellaba quasiment tous les jours"

 

 

Le profil de Mehdi Nemmouche, né le 17 avril 1985 à Roubaix (Nord), offre des similarités avec celui du tueur de Toulouse et Montauban, Mohamed Merah. / © STR / AFP
Le profil de Mehdi Nemmouche, né le 17 avril 1985 à Roubaix (Nord), offre des similarités avec celui du tueur de Toulouse et Montauban, Mohamed Merah. / © STR / AFP

Sa radicalisation notée par l'administration pénitentiaire

Selon lui, le cas Nemmouche, de par sa radicalisation, était déjà suivi et géré par la direction centrale de l'Administration pénitentiaire. La prison de Toulon-La Farlède compte 800 détenus pour 600 places et 198 agents de surveillance, a précisé M. Mantion. A ce niveau d'effectifs, "en dehors des cas qui sautent aux yeux", "il nous reste peu de temps" pour mener une analyse fine des détenus et faire remonter les dossiers, a-t-il regretté, réclamant plus de personnels "pour qu'on puisse remplir nos missions le mieux possible".

4 morts à Bruxelles

Mehdi Nemmouche, 29 ans, est soupçonné d'être l'auteur de la tuerie qui a fait 4 morts dans le musée juif de Bruxelles, le 24 mai dernier. Il a été arrêté vendredi à la gare routière Saint-Charles de Marseille, il transportait dans son sac une kalachnikov.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les gilets jaunes à Plan de Campagne ce dimanche

Les + Lus