Le Youtubeur varois ExperimentBoy visé par une enquête pour corruption de mineurs

Le site Numerama a révélé que le parquet de Lyon avait ouvert une enquête pour corruption de mineurs à l'encontre d'ExperimentBoy, un Youtubeur varois. 

ExperimentBoy, accusé de corruption sur mineurs, est originaire du Var.
ExperimentBoy, accusé de corruption sur mineurs, est originaire du Var. © Archives France Télévisions
Douche froide pour le Youtubeur varois Baptiste Mortier-Dumont, alias ExperimentBoy. Il est visé par une enquête de corruption de mineurs, ouverte par le parquet de Lyon. Baptiste Mortier-Dumont aurait échangé des messages, photos et vidéos sexuelles avec des adolescents âgés de 11 à 18 ans.

L'enquête a été ouverte le 22 juin dernier. Les chefs d'accusation sont les suivants : "corruption de mineurs", "enregistrement, diffusion ou détention d'images pornographiques de mineurs, et de "propositions sexuelles à des mineurs de 15 ans par communication électronique". 

Dans une longue enquête, Numerama a recueilli de nombreux témoignages d'adolescents décrivant leur relation virtuelle avec le Youtubeur. En plus des témoignages, les victimes ont fourni des captures d'écran de conversation explicites avec le Youtubeur. D'après Numerama, un dossier de signalement collectif a été envoyé au procureur de Lyon et deux plaintes ont été déposées pour corruption de mineur.

Une dizaine d'adolescents se serait manifestés auprès du procureur. Parmi eux, cinq étaient âgés de moins de 15 ans au moment où ExperimentBoy aurait commencé à leur parler.

"On s'envoyait des vidéos quand je revenais du collège", a raconté à Numerama l'un des plaignants, 14 ans à l'époque. "Je pouvais faire ce qu'il voulait. Il me demandait de faire des choses, me montrait ce qu'il faisait. Il me conseillait d'acheter certains objets sexuels".

En juin, alors que des témoignages commençaient à affluer sur Twitter, ExperimentBoy avait réagi dans un tweet: "Les auteurs de la tentative de déstabilisation seront traduits très prochainement devant les juridictions compétentes (...) Je laisse mes avocats faire leur travail et continue mes projets."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet faits divers société justice