La mine d'amiante de Canari, une cicatrice dans la mémoire collective

L'ancienne usine d'amiante de Canari, en avril 2013 / © FTViaStella
L'ancienne usine d'amiante de Canari, en avril 2013 / © FTViaStella

Près de cinquante ans après sa fermeture, la mine d'amiante de Canari expose toujours ses fibres aux quatre vents, sur le versant ouest du Cap Corse. En 2009, des travaux de mise en sécurité ont débuté. Ils ne sont pas encore terminés. Et les habitants du Cap s'interrogent sur l'avenir du site.

Par P.O.Casabianca, G.Bézie

Un chantier de 11 millions d'euros

C'est le seul chantier de ce type en France, et pour cause, l'ancienne usine d'amiante de Canari, en Haute-Corse, est resté le seul site d'extraction de ce minéral dans l'Hexagone. De quelques centaines de tonnes extraits au début de son exploitation en 1941, sa production atteignait les 30.000 tonnes en 1961, couvrant 50 % des besoins industriels de la France.

En 1965, les premières alertes sanitaires et l'épuisement de la ressource entraînent la fermeture de la mine. Le site est laissé à l'abandon pendant 40 ans. 

En 2009, démarre un long et coûteux chantier de réhabilitation. Interrompu pendant près d'un an, notamment à cause de la sécurité des employés jugée insuffisante, le chantier de mise en sécurité du site devrait se terminer dans les prochains mois. Coût final de l'opération: 11 millions d'euros.
Visite, sous haute sécurité, du chantier de sécurisation de l'ancien site d'amiante de Canari
Interviews : Patricia Burdy, Inspectrice du travail; Michel Perez, Maître d'oeuvre; Toussaint Morganti, maire d'Oligastro; Gérard Partouche, Retraité; Jean-

Combinaison, masque et douche obligatoire

Pour se protéger des fibres cancérigènes, tous les employés doivent porter des combinaisons et des masques à ventilation assistée, prendre trois douches par jour et ne peuvent pas rester plus de 2h30 sur le site. Pour éviter la dispersion des fibres d'amiante, de l'eau de mer est stockée dans des cuves d'eau puis aspergée sur le chantier.

Ces travaux de sécurisation ont pour but de stabiliser les abords de l’usine, en y terrassant les roches amiantifères pour protéger l'environnement d'un éventuel glissement d​e terrain et des milliards de fibres cancérigènes qui seraient alors soulevées. Les travaux ne concernent pas l'usine, qui devrait rester en l'état.

Amiante, fibrose et cancer

C'est l'inhalation des fibres d'amiante qui est dangereuse. Elle produit une fibrose pulmonaire, l'asbestose, dans le cas de fortes expositions (travailleurs de l'amiante). C'est également un cancérogène, en cause dans les cancers broncho-pulmonaires, et dans les cancers de la plèvre.

Des procès ont lieu entre industriels et ouvriers. Selon un rapport du Sénat de 2005, l’utilisation de l’amiante est responsable de 35 000 décès survenus entre 1965 et 1995 en France, et pourrait causer de 65 000 décès à 100.000 décès entre 2005 et 2025-2030.

A ce jour, 80 dossiers ont été déposés auprès d'Ardeva, l'association régionale de défense des victimes de l'amiante. Parmi ces plaignants, cinquante d'entre eux sont déjà morts. 

Afficher La mine d'amiante de canari sur une carte plus grande





L'amiante en chiffres

  • 900.000 travailleurs sont potentiellement exposés au risque d'amiante dans le BTP (chiffres de l'INRS, fin 2007)
  • Entre 2.000 et 3.000 décès sont dus à l'amiante tous les ans

A lire aussi

Sur le même sujet

Territoriales – Le PCF et la Corse insoumise en meeting

Près de chez vous

Les + Lus