Concert : Les Insus ont électrisé le Casone

Les Insus au Casone le 1 septembre 2017
Les Insus au Casone le 1 septembre 2017

Samedi s’est tenu le plus gros concert rock jamais organisé à Ajaccio. Les Insus, anciens Téléphone, ont tenu leurs promesses au Casone devant plus de 6 000 spectateurs. Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka y ont célébré une grande messe intergénérationnelle.

Par France 3 Corse ViaStella

Au théâtre de verdure du Casone à Ajaccio, tout a commencé avec du rock très maîtrisé joué par des ados. Les frères de the G n’ont pas encore 20 ans, mais ont déjà l’expérience des grandes scènes. Et ce soir d’été, ils ont chauffé 6 000 spectateurs en première partie des Insus.

« Les Insus nous on les connait depuis tout petits. On a dansé dessus quand on était petit et  les voir en vrai, parce que c’est la première fois qu’on les voir en vrai, et jouer en première partie d’eux, y a pas de mots », livre Fiu et Luigi, The G.  



Pourtant, ils n’étaient pas nés lorsque leurs têtes d’affiche se sont produites pour la première fois en Corse. C’était en en 1978 à l’Empire. Près de 40 ans plus tard, Téléphone est devenu les Insus. La bassiste a été remplacée par un bassiste. Et le manager, pas vraiment rock n’roll, justifie son salaire en tenant la presse à distance des artistes.


« Une cure de jouvence »


Mais au Casone, des milliers de téléphones étaient là pour immortaliser le moment. Et l’évènement valait le détour : une décennie de hits rock parcourus en 2h15 de concert. De Hygiaphone à Le jour s’est levé, le groupe a enfilé les tubes et les perles. Il y en avait pour tous les fans, ceux d’aujourd’hui et de toujours. « On s’est éclaté, comme quand j’avais 14 ans », sourit une spectatrice. « Ça m’a fait un retour en arrière de trente ans, ils ont toujours la pêche, c’est une cure de jouvence », continue un autre.

Concert : Les Insus ont électrisé le Casone
Intervenants : Fiu & Luigi, The G. Reportage : LEONI Delphine ; LUCIANI Lionel ; ORSONI Romain ; DELSOL Jean-Jérôme


Ce serait un euphémisme de dire que Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka ont un certain savoir-faire. Eux aussi ont fait le job, et mieux encore qu’à 20 ans. Ça s’appelle l’expérience. « Techniquement ça vaut le détour, il faut s’accrocher pour les suivre je pense », estime un fan.
 
Nous étions arrivés perplexes quant à la sincérité de cette reformation, nous repartîmes conquis espérant que les Insus, ou Téléphone, ou quel que soit leur nom n’attendraient plus 40 ans avant de revenir sur nos terres.


A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Concert : Les Insus ont électrisé le Casone

Près de chez vous

Les + Lus