Revue de presse : Sivens, fracture d'une société

La mort d'un jeune manifestant sur le chantier du barrage de Sivens, peut-être par un tir de gendarme, fragilise le gouvernement. Reportage dans l'Humanité à Ferguson, deux mois après le meurtre par un policier d'un jeune noir. La pauvreté touche de plus en plus les enfants en France.

© REMY GABALDA / AFP
Revue de presse du mercredi 29 octobre 2014

Toute la presse ce mercredi analyse le drame de Sivens et ses conséquences. La mort de ce jeune en marge de la manifestation organisée contre la construction d’un barrage secoue le monde politique et inquiète, d’autant que la cause la plus probable aujourd’hui est un tir de grenade par les gendarmes. 
En tout cas, estime Libération, cette tragédie, ce tir fatal fragilise le gouvernement. Le Parisien Aujourd’hui en France craint l’escalade. Le Figaro met en avant les agissements des "black blocs", des professionnels de la contestation violente.

L’Humanité s’est rendu aux Etats-Unis dans la ville de Ferguson, là où, il y a deux mois et demi, un jeune  Afro américain de 18 ans avait été abattu par un policier, alors qu’il avait les mains en l’air. Il ressort de ce long reportage  que le racisme et la ségrégation grangrènent toujours la cité, que les violences policières n’ont pas diminué.

La pauvreté croissante n’affecte pas que les Etats-Unis. Dans Libération ce constat comme un coup de poing : les enfants sont les premiers punis par la crise, selon un rapport de l’Unicef.

A lire aussi dans la presse régionale


"Pots de lait contre usine à gaz" titre la Voix du Nord pour évoquer le mouvement de contestation contre la "ferme des mille vaches", alors que des manifestants comparaissaient devant le tribunal d'Amiens. Un procès suivi par France 3 Picardie. 4000 personnes sont venues soutenir les prévenus qui écopent de 2 à 4 mois de prison avec sursis.

Autre mobilisation, celle des "cirés jaunes", en Bretagne. Ils étaient plus d'un millier à se retrouver une nouvelle fois pour protester contre les changements tarifaires qui doivent intervenir sur les liaisons maritimes avec Belle-Ile, selon le Télégramme. La mobilisation durent depuis plus de trois semaines, relayée aussi par France 3 Bretagne.

La réforme territoriale continue de faire des vagues. Hier Manuel Valls a précisé ses préférences, et l'Alsace comme les DNA en sont sûres : l'Alsace ne sera pas seule. Les propos précis du premier ministre sont à retrouver sur le site internet de France 3 Alsace.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
revue de presse