Le Rétro Zap du 02 mars

Chaque jour, France 3 Toutes régions vous propose d'embarquer dans sa machine à remonter le temps.
Événements internationaux ou simples anecdotes, revivez grâce aux archives de l'INA, quelques uns des faits qui ont marqué l'Histoire ... La petite comme la grande !

© FTR

Au sommaire de notre Rétro Zap du 02 mars 2015

1956 : signature de l'indépendance du Maroc - 1969, le premier vol du prototype du Concorde - 1978, vol du cercueil de Charlie Chaplin

Images tirées des archives télévisuelles de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel)
Rétro Zap du 2 mars

1956 : La France signe l'indépendance du Maroc 

Le ministre des Affaires Étrangères Christian Pineau et le 1er ministre du Maroc, Si Bekkaï signent au Quai d'Orsay la déclaration commune qui donne son indépendance au Maroc. L'assemblée nationale ratifie la déclaration le 7 mars. Le Maroc était sous protectorat français depuis le traité de Fès de 1912, or depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les revendications d'indépendance du royaume chérifien s'étaient intensifiées.  

1969 : Premier vol du Concorde 001

Après quinze mois d’essais au sol, l’avion supersonique Concorde 001 effectue son premier vol à Toulouse Blagnac. Aux commandes du prototypeAndré Turcat, Jacques Guignard, Michel Rétif et Henri Perrier composent ce premier équipage.

1978 : Vol du cercueil de Charlie Chaplin

Le cercueil de Charlie Chaplin a disparu du cimetière de Corsier-sur-Vevey, situé en bordure du lac de Genève . Une rançon de 600 000 francs suisses sera demandée à la famille. Mais deux mois et demi plus tard, le cercueil est retrouvé entérré dans un champ de maïs et les deux ravisseurs arrêtés.


Mais aussi quelques autres faits marquants en date du 02 mars







Augusto Pinochet ne sera pas extradé
Pour des raisons de santé, Augusto Pinochet échappe à la justice espagnole, française, belge et suisse qui réclamait son extradition. Quelques heures plus tard, un avion médicalisé décolle secrètement de la base aérienne de Waddington, direction le Chili, où son retour est controversé.

Deux ans auparavant, en 1998, l’ancien dictateur est en Grande-Bretagne pour des examens médicaux. Faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par le juge espagnol Balthasar Garçon, il est arrêté puis assigné à résidence. Néanmoins, le soutien indéfectible de Margareth Thatcher et les pressions du gouvernement chilien auront raison des multiples chefs-d'accusation. Le 02 mars 2000, le ministre britannique de l'intérieur Jack Straw annonce en vain, la fin de la procédure, déclarant que la condition de Pinochet ne lui permettait pas de se présenter à un procès pour raisons de santé

A partir du mois de mai, la justice chilienne lève enfin son immunité parlementaire ; mais d’annulations et suspensions de procédures successives, Augusto Pinochet ne répondra pas de tous ses crimes (génocide, tortures, terrorisme, enlèvements). L'ancien dictateur décèdera le 10 décembre 2006 à l’âge de 91 ans, avant que toutes les procédures judiciaires n’aient abouti.

En savoir plus : Portrait d'un dictateur sur Libération.fr / Chili. L'affaire Pinochet sur Amnesty International 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs société zapping