150 personnes rassemblées à Pont-de-Claix contre les compteurs électriques Linky

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

Ces manifestants n'ont que faire des propos rassurants d'EDF. 150 personnes environ étaient rassemblées, ce samedi 2 avril, devant la mairie de Pont-de-Claix pour protester contre les compteurs électriques "intelligents" Linky. Ils se méfient des ondes émises et du "flicage". 

Par FG

Depuis le mois de novembre, les compteurs Linky sont installés dans l'agglomération grenobloise. C'est pour se faire entendre du président PS de la Métro de Grenoble que des manifestants se sont donc retrouvés, ce samedi après-midi, sous les fenêtres de sa mairie. Ils prévoient également de manifester une fois encore le 30 avril directement devant les bâtiments de la Métro. 

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

En février, les communes de Saint-Nizier-du-Moucherotte et de Luzinay ont refusé ces compteurs sur leur territoire. Les opposants attendent de Christophe Ferrari qu'il fasse de même sur sa commune, Pont-de-Claix, mais aussi à l'échelon de l'agglomération grenobloise. Jusqu'à présent, l'élu "se réfugie derrière la loi tout en reconnaissant le droit individuel à refuser le compteur", explique un des adversaires de Linky qui a rencontré le président de la Métro, "son argumentation ne convainc pas grand monde. En effet, si la loi permet le refus individuel, elle permet aussi celui des communes et collectivités, propriétaires des compteurs. Et la Métro est désormais propriétaire de ces nouveaux compteurs".

Alors que Linky avance, des collectifs se créent un peu partout en France pour dénoncer les nuisances supposées et mettent en avant les problèmes liés à "la santé, à l'espionnage, au coût, au chômage des salariés qui relevaient les compteurs".

Interview
Interview Jean Rinaldi, président de l'association CCARRA
Coordination Citoyenne Antennes-Relais Rhône-Alpes et nationale

Dans une interview accordée à France 3 Alpes en mars dernier, Olivier Masset, directeur territorial Alpes d'ERDF, expliquait regretter "des informations erronées qui circulent autour des compteurs communicants". S'agissant des ondes, la dernière étude en date serait celle du Laboratoire national de métrologie et d'essais qui "estime qu'on respecte les normes", "l'émission est insignifiante, c'est beaucoup moins que des appareils ménagers qu'on trouve dans la maison". Quant au courant porteur en ligne, "nous sommes en-dessous des seuils mesurables!". 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus