2.000m3 de terre et de roches glissent sur la route de secours du Chambon

Vers 4 heures du matin, ce vendredi 26 février, la route de secours du Chambon a été envahie par au moins 2.000m3 de terre et de roches. Elle est fermée jusqu'à nouvel ordre. Le lien entre Isère et Hautes-Alpes est donc à nouveau coupé pour au moins 48 heures. 

Par Franck Grassaud et Anne Hédiard

Tout a commencé vers 20 heures, jeudi soir. Un éboulement a affecté une pente en amont de la RS1091, 500m après l'entrée de la portion côté Isère. Les grillages l'ont stoppé. Mais, au petit matin, ils ont cédé. La route de secours, -qui permet de circuler sur la rive qui fait face au tunnel du Chambon-, a été ensevelie, notamment par de la terre gorgée d'eau. En cause, les précipitations de ces dernières jours.

L'éboulement vu d'en face / © Anne Hédiard
L'éboulement vu d'en face / © Anne Hédiard

Le Conseil départemental de l'Isère a dépêché en urgence des agents sur place et une société spécialisée pour évaluer les dégâts et déblayer le site. Une chargeuse sur pneus travaille au nettoyage côté isérois et une autre côté Hautes-Alpes. Au-dessus, une pelle araignée s'occupe de purger la pente.

 / © Anne Hédiard
/ © Anne Hédiard

Les travaux devraient au moins durer jusqu'à dimanche, selon Bernard Pérazio, vice-président du Conseil départemental de l'Isère.

Interview
Interview sur la route de secours du Chambon
Bernard Pérazio, vice-président du Conseil départemental de l'Isère

L'affaissement visible à droite du panneau / © Conseil départemental de l'Isère La route devait être fermée chaque nuit en semaine jusqu'au 26 mars en raison de l'affaissement d'un talus, en aval de la chaussée (notre photo). Des travaux de confortement étaient en cours.  

Indépendamment de ces travaux, des fermetures ponctuelles ont déjà eu lieu pour des raisons de déclenchements préventifs d'avalanches.

Après ce dernier événement, le collectif du Chambon note que les habitants du secteur sont de nouveau coupés du monde. "Avec le risque de fermeture du Col du Lautaret (qui n'a pas eu les moyens militaires exceptionnels de déneigement pourtant évoqués le 24 juillet lors du passage du Premier ministre), et en cas de conditions météo empêchant le vol des hélicoptères... c'est l'ensemble des secours de tout ce territoire de la Haute Romanche qui est fortement impacté. Il ne faut pas avoir envie de naître ces prochaines heures ou avoir le coeur malade!". Récemment, ils ont écrit au Premier ministre pour l'alerter de cette situation "invivable" qui dure depuis 10 mois.  

Le tunnel de dérivation qui doit permettre un retour à la normale côté tunnel du Chambon pourrait être ouvert pour la saison hivernale 2016/2017.

A lire aussi

Sur le même sujet

SMS de L. Wauquiez/ La réaction des lycéens

Les + Lus