Lyon : de la machine à laver à l'utilitaire électrique ...

Publié le Mis à jour le
Écrit par DM

Petit tour de magie dans le quartier Gerland, à Lyon, avec la reconversion du site industriel Fagor-Brand. L'usine était vouée à la fermeture fin 2010 mais un industriel isérois a repris le site... 


Une usine sur cycle réindustrialisation
L'usine d'électroménager Fagor-Brandt installée dans le 7e arrondissement de Lyon devait fermer ses portes voilà deux ans. Non seulement elle existe toujours mais elle a conservé l'essentiel de ses 450 salariés et son savoir-faire. Pierre Millet, un industriel isérois, est à l'origine de cette reconversion. Son projet : des véhicules utilitaires électriques ou hybrides. Ils doivent prochainement sortir des ateliers. Leur production remplacera progressivement celle des machines à laver. L'entreprise a également été rebaptisée : elle porte aujourd'hui le nom de Société d'innovation et de technologie de Lyon (SITL). Le site a été inauguré le 05 septembre.

Quid de la fabrication des lave-linges à Gerland ? 
La fabrication des machines à laver ne va pas s'arrêter pour autant sur le site lyonnais. Aux termes d'un accord avec Fagor Brandt, la SITL va produire des lave-linges pendant encore trois ans. Mais à l'horizon 2015, place sera faite à la production des utilitaires, sous la marque Brandt motors, mais aussi à un autre marché dans le secteur du "clean tech" auquel s'attaque la SITL, celui des filtres de traitement de l'eau.
durée de la vidéo: 01 min 58
Reconversion de Fagor-Brandt (Lyon gerland)
Un véhicule électrique répondant aux exigences du Grenelle de l'environnement
A l’origine, le véhicule phare de la SITL, le Citélec d'une autonomie de quelque 230 km (à 40km/h),était destiné aux collectivités locales. Mais il pourrait avoir trouvé un nouveau marché après le Grenelle de l'environnement (2010) et le lancement d'expérimentations de "zone d'actions prioritaires pour l'air" (ZAPA), dont l'objectif est la diminution de la pollution atmosphérique. Plusieurs villes françaises, dont Paris, Lyon ou Bordeaux, s'étaient engagées dans cette expérimentation destinée à bannir du centre-ville les véhicules les plus polluants.