"Pigeons réunis" : l'arrêt de la cour d'appel de Paris

Fin de l'affaire dite des "pigeons réunis". C'est le nom que s'étaient donnés ces agriculteurs et artisans "plumés" par une société leur promettant de vendre leurs produits sur Internet. L'escroquerie reconnue en appel...

France 3
France 3
L'arrêt de la cour d'appel de Paris a été rendu le 06 septembre. La justice confirme la peine de prison prononcée à l'encontre du gérant du site. 

Une vaste affaire d'escroquerie qui éclate en 2003
Une société démarchait de petits paysans, artisans ou commerçants et leur promettait de vendre leurs produits sur le web moyennant une participation. Une idée alléchante pour écouler sa production dans le monde entier ... certains agriculteurs ont décidé d'investir, versant plusieurs milliers d'euros pour couvrir les frais d'ouverture du site internet. Mais les commandes n'arriveront jamais. Après quelque temps, cette société prestataire de services dépose le bilan et l'argent s'envole. Près de 150 personnes ont laissé des plumes dans cette affaire. Des victimes, une cinquantaine de personnes, n'ont pas voulu en rester là et ont fondé une association baptisée, non sans humour, "les pigeons réunis". Le dossier est porté en justice... parmi les plaignants : des producteurs drômois et ardéchois.

L'escroquerie reconnue en première instance...
Un premier procès s'est déroulé en février 2010. Rodney Haddad, l'ancien gérant de la société, a été condamné à trois ans de prison, dont la moitié ferme. Il a également été condamné à rembourser les sommes escroquées et à verser des dommages et intérêts aux victimes. 
Neuf ans après le début de l'affaire, un procès en appel s'est déroulé à Paris le 31 mai dernier. A l'audience, l'avocat général a requis la confirmation du jugement de première instance. La défense du prévenu a plaidé la non-responsabilité du gérant, le présentant comme un simple pion d'une vaste organisation. La décision du tribunal a été mise en délibéré au 06 septembre...


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice agriculture