Procès en appel de l'incinérateur de Gilly sur Isère : Un élu s'indigne

La première journée d'audience du procés en appel de "Novergie ", l'exploitant de l'incinérateur de Gilly-sur-Isère, a été marquée par le témoignage indigné de l'ancien maire de Grignon.    

A Chambéry, le procès en appel de l'affaire dite de la dioxine s'est ouvert jeudi. Au cours de la première après-midi d'audience, un élu s'est adressé à la cour. Marcel Paviol, ancien maire de Grignon, une commune proche de l'incinérateur, a fait part de son amertume après le premier procès en novembre 2010 à Albertville.
"Je suis ici parce que je suis choqué que le tribunal d'Albertville ait exonéré les 2 responsables de ce qui a constitué un désastre économique et psychologique dans tout le bassin. On ne peut pas évacuer comme çà une crise sanitaire", a déclaré Marcel Paviol.

L'exploitant avait été condamné en mai 2011 par le tribunal d'Albertville à 250.000 euros d'amende pour "non-respect des normes liées à une installation classée", ainsi qu'à verser 80.000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles. Seule personne morale poursuivie, la société avait fait appel du jugement.

Voir le dossier de France 3 Alpes
Le compte rendu d'audience de la premiére journée par Isabelle Guyader (France 3 Alpes) :