Arnaud Montebourg au chevet des Ateliers de Construction du Centre de Clermont-Ferrand

Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif a défendu le "Made in France" lors de sa visite à Saint-Georges-de-Mons (Puy-de-Dôme) où il a inauguré deux nouvelles installations de l'entreprise Aubert et Duval. Un peu plus tard, il a fait une visite surprise aux salariés des ACC de Clermont-Ferrand pour leur annoncer la prolongation d'un contrat avec la RATP / © Thierry Zoccolan / AFP
Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif a défendu le "Made in France" lors de sa visite à Saint-Georges-de-Mons (Puy-de-Dôme) où il a inauguré deux nouvelles installations de l'entreprise Aubert et Duval. Un peu plus tard, il a fait une visite surprise aux salariés des ACC de Clermont-Ferrand pour leur annoncer la prolongation d'un contrat avec la RATP / © Thierry Zoccolan / AFP

Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, a fait une visite surprise vendredi aux ACC de Clermont-Ferrand. Il a annoncé aux 350 salariés de l'entreprise en difficulté la prolongation d'un contrat avec la RATP pour 14,6 millions d'euros.

Par Stéphane Moccozet et Sandrine Montéro

Après deux ans d'attente et d'incertitude, les Ateliers de Construction du Centre, situés à Clermont-Ferrand, ont retrouvé un peu de sérénité. Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, est venu annoncé vendredi aux 350 salariés que la RATP venait "de décider de leur confier pour trois ans la rénovation de ses rames du RER B". Il s'agit en fait d'un contrat signé en 2009 et qui va pouvoir perdurer grâce à un protocole d'accord validé en conseil d'administration de la Régie Autonome des Transports Parisiens.

Un contrat de 14,6 millions d'euros

Ce contrat porte sur la rénovation d'une soixantaine de rames du RER B. A ce jour, vingt-six ont déjà été confiées à l'entreprise clermontoise. "Un travail effectué à perte", explique la CGT et l'entreprise était au bord du dépôt de bilan. La RATP, qui a finalement accepté de réévaluer le marché, va apporter 14,6 millions d'euros pour compenser le surcoût. Un dénouement heureux qui tombe à pic pour le ministre socialiste, les bonnes nouvelles étant plutôt rares par les temps qui courent.

Défense du Made in France aux Ancizes

Un peu plus tôt dans la journée, Arnaud Montebourg a inauguré sur le site d'Aubert et Duval aux Ancizes (Puy-de-Dôme) une nouvelle unité destinée à la fusion sous vide du métal. Il s'est vu également présenter une autre unité UKAD, née du partenariat avec le kazakh UKTMP. Il s'agit d'une usine de transformation de lingots de titane. Des investissements stratégiques, opérés par le spécialiste de la métallurgie haut de gamme, qu'a salué le ministre. "L'économie française innovante peut-être patriotique", a t-il déclaré, avant d'évoquer la "bataille pour le made in France" ou la nécessité pour l'Hexagone de se pencher sur son sous-sol minier.

Sur le même sujet

Les + Lus