Les « Fontanille » obtiennent le feu vert du tribunal de commerce du Puy-en-Velay pour reprendre leur entreprise

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yannick Kusy

Les 46 salariés de Fontanille avaient déposé le 2 novembre dernier un dossier complet, afin de monter une SCOP (Société coopérative ouvrière de production) et, par ce biais, reprendre l’activité de leur entreprise

Cette décision favorable du tribunal de commerce du Puy-en-Velay garantit donc le maintien du savoir-faire de ces salariés, qui sont les derniers survivants d’une industrie historique du secteur du textile et de la dentelle au Puy-en-Velay. Basée plus précisément à Espaly-Saint-Marcel, l'entreprise, qui produit du textile pour la mode et le médical, était en liquidation judiciaire depuis le 6 septembre 2012, et l'activité avait été stoppée fin octobre.



Un dossier "bien ficelé"

Dans leur dossier, les salariés avaient prévu un montage financier intégrant les indemnités de licenciement et les aides Pôle emploi, ainsi que des apports bancaires. Depuis quelques jours, ils étaient en attente du versement de l’assurance de garantie des salaires. Sur les 66 employés à l'origine, seulement 46  associés à cette SCOP vont donc injecter 60% de ces primes de leur entreprise coopérative. Ils ont déjà avancé sur leurs fonds propres 140 000 euros. Ils ont également contracté deux prêts : un prêt de 120 000 euros auprès d'Active Auvergne, et la somme de 150 000 euros auprès du crédit coopératif. 





Le pdg de Cheynet, autre entreprise de textile installée en Haute-Loire, à St-Just Malmont, concurrente de Fontanille, a déclaré cette semaine dans la presse qu’il n’y avait pas dans le marché actuel de place pour 2 entreprises en Haute-Loire. Malgré tout, sur place, c’est évidemment la joie qui domine. Les commerçants du Puy-en-Velay sont venus sur place pour les soutenir. Cet après-midi, les futurs repreneurs en Scop recevront la visite de Benoit Hamon, Ministre délégué auprès du ministre de l'économie et des finances, chargé de l'économie solidaire et de la consommation. Le reportage de notre équipe sur place à suivre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité