Cet article date de plus de 8 ans

L'élan de solidarité a payé en faveur des vaches SDF

En Isère, les vaches de Jean-Noël ne seront pas restées dehors trop longtemps. Deux éleveurs ont proposé leur service, ils vont prendre les bêtes en pension. 
Les vaches de Jean-Noël ont retrouvé un toit
Les vaches de Jean-Noël ont retrouvé un toit © France 3 Alpes
C'est fait ! Ce jeudi 6 novembre, le troupeau de Jean-Noël va retrouver un toit, ou plutôt deux. Une partie des bêtes, les deux tiers, va prendre le chemin de Voiron, pendant que l'autre sera en pension sur la commune de Saint Théoffrey, à quelques kilomètres de l'étable qui les abritait jusqu'à présent.

Une étable dont le toit s'était complètement écroulé, il y a deux jours, sous le poids d'une neige alourdie par la pluie, privant d'abri un troupeau de plus de 85 bêtes (et en tuant cinq autres). Depuis, les vaches des Gauthier passaient leurs nuits et leurs journées à l'extérieur. 

L'assurance avait bien promis la reconstruction de la stabulation mais pas avant plusieurs mois. 

Plusieurs téléspectateurs nous ont laissé des messages à la suite de la diffusion de notre reportage, chacun avait sa petite idée pour lui venir en aide:

"Pourquoi ne pas demander l'aide de l'armée qui pourrait amener des grandes tentes pour abriter les animaux. Pour une fois que l'armée rendrait service à un honnête citoyen ça demande à être étudié. Je pense beaucoup à Jean-Noël et lui envoie toutes mes ondes positives et si j'habitais près de chez lui je me précipiterais pour l'aider du mieux que je pourrai."
Anne-Marie de Savoie

"L'Armée qui a des bras, et du matériel peut-elle faire quelque chose ? Avec un plancher (il doit bien y avoir du bois dans la ferme ou dans les environs), des arceaux (style tente), des bâches et beaucoup de main d’oeuvre un abri provisoire pour qu'elles ne soient pas sous la neige peut être construit en attendant un toit plus sûr !
Il existe peut être dans les environs un ancien local, même non agricole qui pourrait faire l'affaire ou il faudrait qu'il mette ses bêtes en pension pour l'hiver. Il faudrait aussi essayer un appel en ce sens ! J'espère de tout coeur qu'une solution va être trouvée. Courage
"
Françoise
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité agriculture