• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La justice opposée à la diffusion des photos de Camille et Geneviève, disparues le 4 décembre

Camille (à gauche) et Geneviève (à droite) ont quitté leur lycée du Puy-en-Velay le 4 décembre 2012. Elles n'ont plus donné signe de vie depuis, jusqu'à une lettre reçue par les parents de Geneviève, mardi après-midi, dans laquelle elle dit qu'elle "va bien, qu’elle est en sécurité, qu’elle dort au chaud, et qu’elle est contente de sa liberté"
Camille (à gauche) et Geneviève (à droite) ont quitté leur lycée du Puy-en-Velay le 4 décembre 2012. Elles n'ont plus donné signe de vie depuis, jusqu'à une lettre reçue par les parents de Geneviève, mardi après-midi, dans laquelle elle dit qu'elle "va bien, qu’elle est en sécurité, qu’elle dort au chaud, et qu’elle est contente de sa liberté"

Dans un communiqué publié mercredi soir, le parquet général de Riom a justifié sa décision de ne pas diffuser les photos de Camille et Geneviève, les deux lycéennes du Puy-en-Velay qui ont disparu le 4 décembre dernier.

Par Stéphane Moccozet avec AFP

"Au vu des éléments recueillis, s'agissant de faits qui n'entraient pas dans le cadre du dispositif Alerte Enlèvement et pour protéger leur anonymat, s'agissant de mineurs, le parquet du Puy-en-Velay n'a pas pris l'initiative de cette diffusion", c'est ainsi que le parquet général de Riom a justifié, mercredi soir, sa décision de ne pas diffuser à l'échelle nationale les photos de Camille et Geneviève, les deux lycéennes du lycée ponot Charles et Adrien Dupuy qui ont disparu le 4 décembre 2012.
La justice a donc adressé une réponse négative à la demande des parents tout en précisant que "tout est mis en oeuvre pour retrouver les jeunes filles qui paraissent avoir quitté volontairement le domicile familial". "Des investigations sont en cours pour vérifier l'information selon laquelle elles se trouveraient à Notre-Dame-des-Landes", ajoute le parquet dans son communiqué.
Les parents de Camille et Geneviève avaient adressé une lettre au procureur de la République (voir notre article du 21/12/12) pour lui demander de diffuser leur signalement sur tout le territoire français.

A lire aussi

Sur le même sujet

Une station de recherche sur la foudre à Saint-Privat-d'Allier (43)

Les + Lus