• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

[ Biathlon ] Martin Fourcade, grand patron de la Coupe du monde

Parti avec le dossard 39, le Catalan s'est montré très appliqué au tir.
Parti avec le dossard 39, le Catalan s'est montré très appliqué au tir.

Lors du sprint d'hier samedi 12 janvier à Ruhpolding, le Français s'est imposé, comme une évidence. L'étape bavaroise marque le grand retour du champion. 

Par France 3 Alpes avec AFP

Ce sprint, c'est ce qu'il fallait à Martin Fourcade pour renouer avec la victoire qui lui échappait depuis début décembre, et conforter ainsi son titre de N.1 mondial.

Après la reprise timide à Oberhof (16e et 14e) la semaine dernière, en raison de sa blessure à l'épaule droite, le Français a montré qu'il est était le patron, en laissant à distance ses dauphins russes Evgeny Ustyugov (à 16 sec 4/10) et Andrei Makoveev (à 33 sec).

"Ce serait un peu mégalo de dire ça, je suis tout simplement fier d'avoir gagné une course de haut niveau", a déclaré Martin. Précis au tir et toujours aussi rapide sur les skis, il est en route vers son 3e succès de la saison et le 17e succès de sa carrière. 

A l'arrivée, il brandit le poing devant les 15 000 spectateurs, conscient d'avoir réussi quelque chose de grand. Seul homme à passer sous les 24 minutes au terme des 10km, il a laissé à près de 40 secondes son rival norvégien Emil Hegle Svendsen qu'il devance désormais de 63 points (une victoire en vaut 60) avant la mass start dominicale.

"Je suis fier d'avoir gagné une course de haut niveau. Et l'avance montre que je l'ai fait de jolie façon", a concédé le leader de la spécialité, ravi "d'avoir regagner ici", ce haut-lieu du biathlon qui est devenu son jardin depuis ses trois titres mondiaux ramenés en 2012.

La victoire avec le relais, jeudi, avait aiguisé son appétit et montré déjà que la blessure, contractée fin décembre, n'était plus qu'un mauvais souvenir. "J'espère que je vais continuer sur cette voie", a confié le cadet des Fourcade, admettant que "à force d'être en jaune tous les jours, ça donne envie de convertir ça en cristal" à la fin de saison.

A lire aussi

Sur le même sujet

Allier : grande première pour le festival Théâtres de Bourbon

Les + Lus