• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

332 kilomètres en Auvergne pour le 71ème Paris-Nice

En l'absence des ténors du cyclisme mondial, il est difficile de trouver un favori pour la victoire finale du Paris-Nice 2013. Septième en 2012, le Belge Maxime Monfort apparaît comme un sérieux candidat. / © LIONEL BONAVENTURE / AFP
En l'absence des ténors du cyclisme mondial, il est difficile de trouver un favori pour la victoire finale du Paris-Nice 2013. Septième en 2012, le Belge Maxime Monfort apparaît comme un sérieux candidat. / © LIONEL BONAVENTURE / AFP

C'est un Paris-Nice ouvert qui s'élance dimanche de Houilles (Yvelines). En l'absence de Bradley Wiggins, vainqueur en 2012, de Froome, Contador et Evans, la lutte pour la victoire finale, dont une partie sur les routes d'Auvergne, est ouverte.

Par Stéphane Moccozet

Qui va succéder à Bradley Wiggins, vainqueur de Paris-Nice en 2012? Difficile de trouver une réponse à cette question alors que les ténors du cyclisme mondial ont délaissé la course à étape qui s'élance dimanche de Houilles, dans les Yvelines. L'anglais, auteur d'un doublé Paris-Nice/Tour de France l'an passé n'est pas au départ en 2013. Son coéquipier, Christopher Froome, n'est pas là non plus, pas plus qu'Alberto Contador et Cadel Evans. Il n'y a pas un favori mais des favoris. Tejay Van Garderen (BMC), meilleur jeune du Tour de France 2012, en fait partie, tout comme l'Allemand Andreas Klöden (RadioShack), seul vainqueur de Paris-Nice au départ. On peut aussi mettre une pièce sur Nicolas Roche (Saxo Bank), Robert Gesink (Blanco), Rui Costa (Movistar), Maxime Monfort (RadioShack-Leopard), Richie Porte (Team Sky), Rein Taaramae (Cofidis) ou pourquoi pas Ivan Basso (Cannondale), spécialiste des courses à étapes et double vainqueur du Giro.

332 km sur les routes d'Auvergne

Du 3 au 10 mars, 184 coureurs issus de 23 équipes vont en découdre sur les routes reliant Paris à Nice. Le parcours devrait permettre aux sprinteurs de montrer leurs couleurs dans un premier temps avant que les grimpeurs ne prennent le relais.
Mardi, le peloton arrivera en Auvergne, à Cérilly (Allier), au terme d'une étape de 200,5 km, Une étape plate qui devrait se terminer par une arrivée massive. Le lendemain, la troisième étape offrira les premières pentes de ce 71ème Paris-Nice avec 170,5 km entre Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme) et Brioude (Haute-Loire). La Haute-Loire que le peloton quittera jeudi après avoir gravi  deux cols classés en deuxième catégorie dans les trente premiers kilomètres.


Les étapes
  • Prologue - 2,9 km - Houilles / Houilles
  • Etape 1 - 195 km - Saint-Germain-en-Laye / Nemours
  • Etape 2 - 200,5 km - Vimory / Cérilly
 / © ASO
/ © ASO
 / © ASO
/ © ASO
 / © ASO
/ © ASO
  • Etape 5 - 176 km - Châteauneuf-du-Pape / La Montagne de Lure
  • Etape 6 - 220 km - Manosque / Nice
  • Etape 7 - 9,6 km - Nice / Col d'Eze

Sur le même sujet

Beaulieu (Ardèche) : comment détermine-t-on la date des vendanges ?

Les + Lus