• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

St Etienne tient la dragée haute au Paris St Germain (2/2)

© AFP /Philippe Desmazes
© AFP /Philippe Desmazes

St-Etienne a tenu la dragée haute dimanche contre le Paris Saint-Germain (2/2). L'AS St Etienne se rapproche du podium, 4e à 2 longueurs seulement de l'OM .Les Verts restent invaincus après 14 rencontres, toutes compétitions confondues.  

Par Philippe Bette

Saint-Etienne et le Paris Saint-Germain se sont séparés sur un score de parité (2-2) dimanche au stade Geoffroy-Guichard, au terme d'un bon match de la 29e journée de Ligue 1. Pourtant, les Parisiens, avec deux buts d'avance rapidement obtenus, auraient pu tirer un meilleur profit de cette journée.

Le défenseur central Mustapha Bayal Sall, héros au Parc des Princes pour avoir muselé Zlatan Ibrahimovic avant son exclusion, a été plus malheureux dimanche en raison de son implication sur l'ouverture du score pour avoir tergiversé devant Javier Pastore. Ce dernier était alerté par Zlatan dans un jeu à trois avec Blaise Matuidi avant de fusiller Stéphane Ruffier (0-1, 9). Peu après, Lavezzi lancé par Pastore obtenait un penalty fort généreux après un contact avec le portier stéphanois dans la surface de réparation et Ibrahimovic, d'une "Panenka", le transformait alors qu'il avait été donné une fois à retirer (0-2, 19).

Brandao l'homme clé

Saint-Etienne a réduit la marque sur un but contre son camp d'Alex, pressé par Brandao sur un centre délivré de l'aile droite par Pierre-Emerick Aubameyang (1-2,37). Le Brésilien, opiniâtre à la pointe de l'attaque stéphanoise, a une nouvelle fois été un pion essentiel de son équipe. En début de partie, Brandao, absent à Rennes en raison d'une angine, aurait pu aussi obtenir un penalty pour un accrochage de Thiago Silva (4). Il a encore été à l'origine de l'égalisation de l'ASSE après avoir arraché le ballon au coeur de la défense parisienne, en écrasant au passage la cheville de Thiago Silva, au profit de François Clerc qui battait Salvatore Sirigu d'un tir de l'extérieur du pied droit (2-2, 72).

Paris Saint-Germain, privé de Marco Verratti, Jérémy Menez, Lucas Moura et Thiago Motta, mais avec David Beckham au coup d'envoi, qui restait sur deux défaites en déplacement à Sochaux (3-2) et Reims (1-0), des mal classés, a présenté une formation attentiste mais surtout clairement dominée dans une seconde période où elle a semblé manqué d'ambition.

Dans l'ensemble, les deux équipes se sont procurées peu de réelles occasions en première période au cours de laquelle le PSG a été ultra réaliste alors que les Stéphanois n'ont été dangereux que sur un centre délivré de l'aile droite par le défenseur François Clerc sur lequel Salvatore Sirigu a été en difficulté (44).

Le PSG, qui n'aura pas battu l'ASSE cette saison en trois occasions, après une défaite en championnat (1-2) et une autre en quarts de finale de la Coupe de la Ligue (0-0, 5-3 t.a.b.), conforte néanmoins sa position de leader et compte désormais 5 points d'avance sur Lyon, 2e, et 7 sur Marseille 3e.

Sur le même sujet

Drôme : centres de loisirs sous surveillance

Les + Lus