Cet article date de plus de 8 ans

Mort de Marie-Jeanne en Ardèche : l'auteur présumé devrait être jugé pour meurtre

Anthony Draoui, meurtrier présumé d'une jeune joggueuse, Marie-Jeanne, retrouvée en Ardèche en juin 2011,
devrait être jugé pour "meurtre", donc sans préméditation. La famille a annoncé  son intention de faire appel de l'ordonnance de mise en accusation
Le juge d'instruction du tribunal de grande instance d'Avignon a rendu, vendredi 31 mai, une ordonnance de mise en accusation pour "meurtre" à l'encontre d'Anthony Draoui, qui a reconnu avoir poignardé à mort la lycéenne.
Le drame était survenu le 21 juin 2011, alors que Marie-Jeanne Meyer était partie faire un jogging, sur les hauteurs de Tournon-sur-Rhône, à proximité de son domicile. Dans son parcours elle est passée à proximité du campement précaire où le marginal de 21 ans vivait depuis plusieurs semaines, en rupture de la société.
L'avocat de la famille Meyer, Me David Metaxas, a annoncé son intention de faire appel de cette ordonnance, regrettant que la préméditation et la circonstance aggravante n'aient pas été retenues. "Pour nous, Anthony Draoui a réfléchi... S'il a commis un meurtre comme il le dit, on ne peut que être perplexe du sang-froid dont il a fait preuve par la suite", a-t-il indiqué. "Il a reconnu lui-même qu'il a tenté d'embrasser Marie-Jeanne et qu'elle a refusé,
ce qui caractérise une agression sexuelle, c'est une circonstance aggravante" passible de la réclusion criminelle à perpétuité, a-t-il ajouté.  
Le jour même où le corps de Marie-Jeanne était découvert, partiellement carbonisé et enterré dans un trou, Anthony Draoui était arrêté pour l'agression d'une coiffeuse qu'il avait menacée d'un marteau en réclamant la caisse. A l'issue de sa garde à vue, il s'était enfui en Espagne, vers Barcelone, pour une cavale qui avait duré jusqu'à sa remise aux autorités française en gare de Cerbère (Pyrénées-Orientales), après un banal contrôle ferroviaire, et son identification en juin 2012.
Mis en examen pour homicide volontaire le 8 juin 2012, il est depuis écroué à la prison du Pontet (Vaucluse).
Son procès devant les assises d'Ardèche devrait se tenir au cours du premier semestre 2014.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice affaire marie-jeanne