• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Bac : Un examen qui doit évoluer

© France 3
© France 3

Près de 665.000 candidats au baccalauréat inaugurent la première session de l'examen issue de la réforme du lycée, un cru qui sera aussi marqué par de nouvelles mesures de lutte contre la fraude. Les épreuves écrites se dérouleront jusqu'au 21 juin puis les résultats seront dévoilés le 5 juillet.

Par Philippe Bette

La réforme du lycée général et technologique, lancée par la droite en 2010 en seconde, est arrivée cette année en terminale. Les modifications concernent notamment les coefficients, les épreuves dans de nouvelles disciplines et celles de langues vivantes dans certaines séries.

L'objectif était d'améliorer l'orientation et de rééquilibrer les séries,notamment au profit de la série littéraire (L), en perte de vitesse au profit de la série scientifique, bien que les bacheliers S ne poursuivent pas tous des études scientifiques.Ce matin ,les premières épreuves de philosophie ont porté à la fois sur des questions de morale, sur la politique et le travail.

Parmi les nouvelles épreuves, celle de compréhension orale en langues vivantes, passée dans l'année par les candidats des séries économique et sociale (ES), scientifique (S) et des séries technologiques, a suscité de nombreuses critiques.
Élèves et enseignants dénoncent un manque d'égalité et d'anonymat: confection des sujets déléguée aux profs, difficulté variable, enseignants évaluant quelquefois leurs propres élèves, dates de passage disparates...

 

Le ministre Vincent Peillon, qui s'est concentré sur le primaire, a décidé d'attendre que la réforme du lycée finisse de se mettre en place avant de l'évaluer. Mais il estime que la réforme "n'a pas porté ses fruits pour rééquilibrer les filières". Il a déjà indiqué qu'il voulait garder les langues vivantes dans toutes les filières et une épreuve orale. "On est les derniers dans les classements internationaux" pour la pratique des langues, a-t-il rappelé.

Cette année encore, l'accent sera mis sur la lutte contre les fraudes, pour éviter que ne se renouvelle la fuite d'un exercice de la série S qui avait ébranlé il y a deux ans l'examen emblématique.

 

Des détecteurs de téléphones portables seront installés dans toutes les académies et les sanctions ont été renforcées en cas de fraude ou de tentatives de fraude: le diplôme pourra même être retiré en attendant une nouvelle délibération du jury sur les résultats du candidat.


Une réforme nécessaire

Cette année aussi, comme "depuis 20 ans", relève M. Peillon, la question d'une réforme du bac revient, à cause de son coût et de son organisation complexe. Le principal syndicat des personnels de direction de l'Education nationale SNPDEN-Unsa estime le "vrai coût" du bac général et technologique à 1,5 milliard d'euros, contre "50 à 100 millions d'euros" habituellement annoncés. Il réclame un examen plus simple, concentré sur une semaine.

Le président du premier syndicat lycéen UNL, Yvan Dementhon, déplore un "bachotage qui n'a aucun intérêt pédagogique" et milite pour "quatre bacs étalés en milieu et fin des années de première et de terminale"."Nous aurons à faire évoluer le bac. Il n'est pas gravé dans le marbre à jamais", a dit M. Peillon.

Entre 1960 et 2012, le taux de réussite au bac a augmenté, passant de 60,5% à 84,5%, mais décrocher le diplôme ne suffit plus pour certains élèves qui visent une mention pour accéder aux grandes écoles. Les épreuves facultatives, comme la planche à voile, augmentent les chances d'avoir une mention, et parfois de réussir l'examen.

Sur le même sujet

Interview d'une usagère du TER Lyon Ambérieu

Les + Lus