Les ex-salariés de la fonderie de Vaux réclament réparation

Six mois après la reprise partielle de la fonderie de Vaux, les salariés restés sur le carreau réclament réparation. Ils sont aujourd'hui le tribunal des Prud'hommes à Montluçon.

130 des ex-salariés de la Fonderie de Vaux sont aux prud'hommes de Montluçon ce lundi 23 septembre.
130 des ex-salariés de la Fonderie de Vaux sont aux prud'hommes de Montluçon ce lundi 23 septembre. © Fabrice Dutriaux / France 3 Auvergne
Six mois après la reprise partielle de la fonderie de Vaux et le licenciement de 135 personnes, ces ex-salariés de DMI sont devant le tribunal des Prud’hommes de Montluçon pour réclamer des dommages et intérêts auprès de leur ancien employeur, les sociétés DMI Inc. qui dépend du groupe américain Platinum, actionnaire de DMI à l’époque. Rappelons que la fonderie de Vaux a été reprise en mars dernier par deux associés, un fondeur parisien et un fondeur de Saint-Eloy-les-Mines, mais ces derniers n'ont pu conserver qu'une trentaine d'emplois.
Pour compléter leurs conditions de licenciement, une autre action est menée en parallèle par les représentants du personnel auprès du tribunal administratif de Clermont-Ferrand.
L'affaire a été renvoyée à l'audience du 19 mai 2014.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter