• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Affaire Valentin: au 2ème jour du procès, la parole se libère

Mercredi 13 novembre 2013 / © France3 RA
Mercredi 13 novembre 2013 / © France3 RA

Stéphane Moitoiret s'est dit, mercredi 13 novembre, "touché" par le "chagrin" de la mère de Valentin, mort poignardé à 10 ans en 2008, dans un dialogue très intense avec la partie civile au deuxième jour du procès en appel du marginal devant les assises du Rhône.

Par Isabelle Gonzalez et AFP

"Je ne sais pas vraiment quoi vous dire parce que je suis touché par votre chagrin", a dit l'accusé, débit lent, choisissant ses mots, avant de réaffirmer qu'il n'était "pas responsable de la mort" de Valentin."Je rêvais de cet instant, de pouvoir m'adresser à vous", l'a coupé Véronique Crémault, qui venait de livrer un témoignage déchirant sur le deuil de son dernier enfant, "l'amour de (sa) vie".

Stéphane Moitoiret, silhouette massive, beaucoup plus volubile que lors de son premier procès, fin 2008, devant les assises de l'Ain, essaie d'expliquer qu'il croit "au hasard, au destin"."C'était pas son destin, à Valentin", répond doucement la mère du garçon.

L'accusé, dont l'état mental sera une nouvelle fois au centre des débats, insiste: "Je n'ai jamais voulu de malheur pour qui que ce soit. Je veux que les gens réalisent leur rêve, leur bonheur"."Pour moi il y a un destin. Si vous avez étudié Jésus... Jésus savait qu'il allait mourir sur la croix", balbutie Moitoiret, qui avait déjà confié la veille à la cour ses délires mystiques, parlant de clonage et de réincarnation.

"Je suis très catholique, mais mon fils ne méritait pas de mourir et mon fils n'est pas Jésus Christ. Je ne veux pas rentrer dans cet épilogue, M. Moitoiret. Merci", rétorque Mme Crémault, abrégeant l'échange.

L'ancienne compagne du marginal, Noëlla Hégo, qui comparaît pour complicité d'assassinat,a ensuite assuré à la mère de Valentin qu'elle n'était "pour rien" dans la mort de l'enfant. "Je suis désolée pour vous mais je n'ai pas voulu la mort de votre fils (...) Je sais que c'est terrible pour vous", a-t-elle articulé d'une voix entrecoupée de sanglots et le visage cramoisi.

DMCloud:126143
PROCES AFFAIRE VALENTIN 2EME JOUR
"je suis touché par votre chagrin"... Stéphane Moitoiret accusé du meurtre du petit Valentin a parlé directement aujourd'hui à la mère de la victime. Après avoir entendu le témoignage poignant de cette dernière, qui a raconté les dernières heures du petit garçon. Mais au delà de ces propos, rien de nouveau: Moitoiret est resté dans son discours mystique délirant. Reportage de Béatrice Tardy et de Benjamin Métral

 

Sur le même sujet

Beaulieu (Ardèche) : comment détermine-t-on la date des vendanges ?

Les + Lus