Un courtier en assurance détourne 2,5 millions d'euros et fait des dizaines de victimes

Le courtier en assurance indépendant n'entérinait pas les contrats d'assurance-vie que lui confiaient ses clients
Le courtier en assurance indépendant n'entérinait pas les contrats d'assurance-vie que lui confiaient ses clients

Un assureur indépendant de Néons-sur-Creuse (Indre) est soupçonné d'avoir détourné près de 2,5 millions d'euros. Une trentaine de clients vivant dans l'Indre, la Vienne, l'Indre-et-Loire, le Morbihan et le Puy-de-Dôme ont porté plainte. Mais les victimes pourraient être bien plus nombreuses.

Par avec AFP et France 3 Centre

A Néons-sur-Creuse, c'est le silence radio. Les quelques témoins parlent d'un homme normal et discret qui ne se mêlait pas beaucoup aux gens du village. Personne ici ne soupçonnait Roland Bernard, mis en cause pour abus de confiance et escroquerie à l'assurance. L'homme a reconnu les faits et risque jusqu'à cinq ans de prison. Le parquet de Châteauroux (Indre) avait initialement évoqué le détournement d'un million d'euros. Il s'agirait en fait de 2,5 millions d'euros !

Une trentaine de victimes d'une escroquerie de plus de 2 millions d'euros
Reportage : Catherine Lacroix, Mekhak Movsissian. Intervenants : Daniel Champigny (maire de Néons-sur-Creuse), Patricia Mathieu (voisine de l'assureur), Gaëtan Hardouin (commandant de la compagnie de gendarmerie du Blanc).


Le principe de "la cavalerie" comme mode opératoire

Les clients de l'assureur se plaignent d'avoir été escroqués de sommes allant de 1.000 euros à 400.000 euros. Le mécanisme employé par l'assureur était celui dit de "la cavalerie" : "les apports des nouveaux clients servaient à financer les intérêts des anciens contrats. Les clients payaient par chèque. Ils étaient sans ordre ce qui lui permettaient de les encaisser sur son compte personnel ou de s'en servir pour faire des fonds qui étaient réclamés par d'autres clients" a expliqué le procureur de la République de Châteauroux, Christian Mercuri.

Selon lui, vingt-neuf plaintes ont été déposées et bien d'autres devraient suivre. Il pourrait y avoir au moins une cinquantaine de victimes La brigade de recherches de gendarmerie du Blanc (Indre) reçoit les témoignages de victimes depuis plusieurs semaines et un groupe d'enquêteurs doit être spécialement affecté dans les  prochains jours à l'enquête. Après avoir été auditionné, l'assureur a été laissé en liberté, mais il sera très certainement poursuivi sous plusieurs chefs d'inculpation.



Sur le même sujet

Les + Lus