Carte postale de Sotchi. Les Tcherkesses tentent de faire entendre leur voix

Contraints par la Russie tsariste à un exil forcé en 1864, les Tcherkesses sont aujourd'hui de retour sur leurs terres, où se trouve la ville de Sotchi. Si beaucoup ont boycotté les Jeux, une partie du peuple caucasien entend bien profiter de l'essor économique de l'événement.

Les Tcherkesses en démonstration
Les Tcherkesses en démonstration © IJBA
Il y a 150 ans, Krasnaya Polyana était le théâtre du massacre du peuple tcherkesse. Un triste anniversaire que certains membres de la communauté préfèrent mettre de côté. "Nous souhaitons aller de l'avant plutôt que de regarder vers le passé", explique Madjid Tchatchour, vice-président de l'association internationale des Tcherkesses.

Tout au long des Jeux, des troupes folkloriques tcherkesses se produisent chaque soir sous chapiteau, comme 'planquées' sous le pont du parc olympique d'Adler. À côté, on retrouve des représentants des communautés adygue, tcherkesse et chapsougue, dans un petit musée retraçant l'histoire des Tcherkesses à travers leur musique et leurs costumes. "Nous voulons avant tout transmettre la culture et l'histoire tcherkesse", lance l'un d'eux.

Mais le projet, à l'initiative de l'administration du Kraï de Krasnodar, région dans laquelle se trouve Sotchi, a aussi d'autres ambitions: "la préservation de nos traditions et de notre peuple ne se fera qu'avec le développement économique de la région". Ni les hôtels, ni l'affluence de touristes ne font peur à Madjid: "Après tout, grâce aux JO, c'est bien la première fois qu'on aborde le problème des Tcherkesses."

Reportage d'Amandine Sanial de l'Institut du Journalisme Bordeaux Aquitaine
durée de la vidéo: 01 min 31
Les Tcherkesses font entendre leur voix

France 3 Alpes partenaire de l'IJBA
Dans le cadre d'un partenariat entre l'Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine et France 3 Alpes, le site alpes.france3.fr diffuse des reportages des étudiants. Six étudiants de l’IJBA ont mis le cap sur Sotchi où ils ont retrouvé six étudiants en journalisme de Krasnodar avec lesquels ils travaillent au sein d’une agence de presse franco-russe pour les médias francophones et russophones à l’occasion des XXIIe Jeux Olympiques d’hiver.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques