• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Des coups de feu entre l'école et l'église d'Ally (43)

Entre l'église et l'école d'Ally, petite commune de 150 habitants, la maison sur laquelle un homme armé a tiré, jeudi 27 mars vers huit heures du matin. / © Gérard Rivollier
Entre l'église et l'école d'Ally, petite commune de 150 habitants, la maison sur laquelle un homme armé a tiré, jeudi 27 mars vers huit heures du matin. / © Gérard Rivollier

Hier matin vers huit heures quinze, la tranquille commune d'Ally (43) a connu la panique. Un homme armé a tiré plusieurs coups de feu en plein centre bourg juste avant la rentrée de l'école.

Par France 3 Auvergne avec Gérard Rivollier

D'après les témoignages de voisins, tout a commencé un peu avant huit heures du matin jeudi 27 mars. Dans ce petit bourg de 150 habitants, plus connu pour ses éoliennes que pour ses faits divers, une voiture blanche a troublé la tranquillité des lieux en faisant plusieurs fois le tour du village à vive allure. Elle s'est ensuite arrêtée devant une maison située entre l'église et l'école du village. Le conducteur aurait tiré jusqu'à sept balles à l'extérieur puis à l'intérieur de la maison dont il avait cassé les vitres.

Dans cette maison se trouvaient trois personnes : un enseignant d'une cinquantaine d'année, son fils et la compagne de celui-ci. Par chance personne n'a été blessé ni dans la maison, ni à l'extérieur.
La première hypothèse de ce geste fou serait un règlement de compte amoureux : la jeune femme aurait été la petite amie du tireur. Une seconde explication serait liée à une affaire de drogue, le fils de l'enseignant vivant de manière marginale et consommant des substances illicites toujours selon les voisins. 

Alertés par les riverains, les gendarmes sont arrivés en nombre pour interpeller l'homme qui entre-temps s'était enfui. Ils l'ont retrouvé quelques heures plus tard chez lui, dans la commune voisine de Chanteuges. 
Le tireur présumé a une quarantaine d'années, lors de son arrestation il n'était pas sous l'emprise d'alcool ou de stupéfiants. Il a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Langeac et sera présenté demain au Juge des libertés et de la détention. Il pourrait répondre de son acte au tribunal du Puy dès la semaine prochaine en comparution immédiate.
Un tireur fou à Ally (Haute-Loire)
Reportage : Gérard Rivollier, Elodie Brot-Monnier


 

Sur le même sujet

Un Tour de France pour sensibiliser à la BPCO, une maladie respiratoire

Les + Lus