La Confédération paysanne ne désarme pas!

Laurent Pinatel aux grilles de la gendarmerie de Saint-Etienne le 19/04/2014 / © France3 Loire
Laurent Pinatel aux grilles de la gendarmerie de Saint-Etienne le 19/04/2014 / © France3 Loire

Le secrétaire général de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel, est convoqué à la gendarmerie de Saint-Etienne ce samedi 19 avril 2014 pour être entendu sur une action conduite contre la ferme des Mille Vaches le 12 septembre 2013. 

Par Isabelle Gonzalez

Cette convocation de Laurent Pinatel  est lancée dans le cadre de l’enquête préliminaire conduite depuis le mois de septembre par le parquet d’Amiens et la brigade de recherches d’Abbeville.
Particularité de cette affaire: Laurent Pinatel  sera entendu dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Etienne mais par les gendarmes d'Abbeville, envoyés spécialement par le procureur d'Amiens. En effet Laurent Pinatel était convoqué dans la Somme en mars dernier amis avait refusé de faire le déplacement.

Les faits
Dans la nuit du 11 au 12 septembre 2013, la Confédération paysanne avait mené un coup de force sur le chantier de construction de la Ferme des 1000 vaches. Tags, roues dégonflées, repères de chantier arrachés, le syndicat agricole avait, dès le 12 septembre au matin, revendiqué cette action qui visait à ralentir le chantier. Le promoteur, Michel Ramery, avait alors porté plainte, estimant le coût des dégradations à près de 40 000 euros (dommages matériels et retards de chantier).
Laurent Pinatel, d'autres militants de la Confédération Paysanne et le président de Novissen, l’association de riverains opposés au projet de ferme, Michel Kfoury, avaient été placés en garde à vue.
Interview de Laurent Pinatel, porte parole de la confédération paysanne

Une Méga ferme !
Les opposants à la "ferme des Mille Vaches", parmi lesquels  la confédération paysanne, l'association d'opposants locaux Novissen mais aussi des associations MNLE, L214 et Picardie Nature, se battent pour obtenir la suspension du permis de construire de cette ferme géante située près d'Abbeville (Somme)
Des élus EELV, parmi lesquels les députés européens José Bové et Karima Delli, ont dit soutenir "pleinement la démarche de ce collectif contre un projet d'agrobusiness aux conséquences désastreuses pour l'environnement, la santé, l'économie locale et le bien-être animal".
Un arrêté préfectoral a limité à 500 le nombre de vaches laitières sur le site, tant que la surface d'épandage des boues résiduelles ne serait pas suffisante.
Les opposants estiment que les dimensions de la ferme, et du méthaniseur qui y est associé, n'ont pas été changées et qu'il s'agira à terme d'une ferme de 1.000 vaches (1.750 bovins au total avec les génisses).
"La méthanisation est une option intéressante pour la transition énergétique agricole, à condition de ne pas la marier avec un gigantisme industriel dédié, qui tire les prix vers le bas et détruit les fermes existantes",affirment les élus EELV.
L'Etat a demandé, en janvier 2014, la démolition de bâtiments illégaux ne correspondant pas au permis de construire délivré, sans cependant avoir le pouvoir de contraindre le promoteur à s'exécuter.
Un "hangar à paille" a notamment été démoli, selon les opposants.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus