Hôtel de Région : René Souchon s'agace

Que deviendra l'Hôtel de région ? La question est sur toutes les lèvres, le président de la région se veut rassurant.
Que deviendra l'Hôtel de région ? La question est sur toutes les lèvres, le président de la région se veut rassurant.

Alors que la nouvelle carte de fusion des régions circule depuis lundi soir, les questions à propos de l'avenir du tout nouvel Hôtel de Région qui sera inauguré le 21 juin et des 1800 agents territoriaux qui en dépendent se font de plus en plus pressentes. Dans un communiqué, René Souchon y répond.

Par Claude Fallas

René Souchon veut donc mettre un terme aux polémiques et interrogations qui ne font que s'accroître depuis maintenant deux jours. Que deviendra le tout nouvel Hôtel de Région ? Quel avenir pour les 400 salariés du siège ? Dans un communiqué, le président du Conseil régional veut apaiser tout le monde et tient à "démentir les affirmations démagogiques de l'UMP"

En premier lieu, René Souchon souligne que "le chantier du nouvel Hôtel de la Région Auvergne, dont l’investissement pour la collectivité est estimée à 68 millions d’euros (le prix de 68 millions d’euros représente 81 millions d’euros de chantier et d’équipement, toutes dépenses confondues, auxquels sont soustraits le remboursement de la TVA et la vente d’anciens locaux de la Région), fut voté à l’unanimité des élus (droite et gauche) de l’Assemblée régionale auvergnate lors du vote du budget primitif de 2007.
Par ailleurs, René Souchon rappelle que la future grande Région Auvergne - Rhône-Alpes, forte de près de 8 millions d’habitants et dont les compétences seront en outre élargies, devra s’appuyer sur une gestion de proximité des actions publiques pour le plus grand bénéfice des citoyens : gestion des lycées et collèges, des transports ferroviaires, scolaires et des routes, développement économique, fonds européens, aménagement du territoire, etc...
En conséquence, le bâtiment qui accueille aujourd’hui près de 400 agents régionaux d’Auvergne continuera de fonctionner avec ces personnels sur place, auxquels devront certainement s’ajouter, dans la nouvelle dynamique qui s’ouvre pour les pouvoirs régionaux, de nouveaux agents pour garantir la bonne marche des nouveaux services publics locaux.
Enfin, au terme d’une première rencontre entre les deux Présidents de Région mardi 3 juin, Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes, et René Souchon ont convenu que si le siège de la future grande Région serait à Lyon, non seulement les services de proximité de la Région Auvergne seraient maintenus à Clermont-Ferrand mais, en outre, les réunions de la « commission permanente » du Conseil régional (réunion mensuelle des élus qui délibèrent sur l’attribution des aides et l’examen des dossiers de subventions) se tiendraient en Auvergne."

Sur le même sujet

SMS de L. Wauquiez/ La réaction des lycéens

Les + Lus