Cet article date de plus de 6 ans

Renault Trucks: CFDT et CGC votent en faveur du plan d'accompagnement du PSE

La CFDT et la CGC de Renault Trucks SAS ont voté en faveur de l'accord majoritaire d'accompagnement du plan social prévoyant la suppression de 508 emplois en France, lors d'un CCE extraordinaire ce lundi 23 juin à Vénissieux, près de Lyon.
© France 3 RA
La CFDT explique ce vote par sa volonté "d'éviter l'application d'un accord unilatéral par la direction qui serait moins favorable voire néfaste pour les salariés concernés". Elle ajoute toutefois qu'elle "votera contre le plan social", qui, selon elle "n'a toujours pas été justifié économiquement".
L'accord majoritaire d'accompagnement du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été adopté lundi à près de 60%, la CGT ayant voté contre, et le syndicat SUD s'étant abstenu, a précisé à l'AFP Bernard Fauche, délégué central CFDT de Renault Trucks 
Il s'est félicité "des avancées importantes" obtenues lors des négociations avec la direction, notamment sur "les modalités de départs volontaires", "l'allongement des pré-retraites" et les "congés de reclassement".
Huit mois d'indemnités supralégales (montants versés au delà du minimum légal) ont été obtenus en plus des indemnités de licenciement. En outre les syndicats ont obtenu le démarrage de la négociation d'une GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences) réclamée depuis sept ans par la CFDT.
Le syndicat déplore en revanche que la direction ait "refusé de négocier les catégories professionnelles" comme les seniors ou les précaires.
Le prochain comité central d'entreprise (CCE), consacré à la consultation sur le PSE,  aura lieu le 4 juillet.
Le 19 mars, la direction de Renault Trucks SAS avait confirmé la suppression de 508 emplois en France, dont 319 sur le site de Lyon, ainsi que la suppression de 800 postes de prestataires et intérimaires, essentiellement dans la recherche/développement et l'informatique.
Le 4 mars, le groupe automobile suédois Volvo, numéro deux mondial des poids lourds, avait annoncé envisager de supprimer 508 emplois sur 8.900 postes en France, pour l'essentiel dans sa filiale de véhicules industriels Renault Trucks.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique social