• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Grêve des contrôleurs aériens : Plus de perturbations que prévu

© France3
© France3

La première journée de grêve des contrôleurs aériens a en fait généré plus de pertubations que prévu à St Exupéry : 26% des vols ont été en définitive annulés et 32 % retardés de près d'une heure.Le mouvement est reconduit demain avec 20 % d'annulations annoncées...           

Par Philippe Bette

La grève lancée mardi par un syndicat minoritaire de contrôleurs aériens a entraîné des retards pour les avions survolant le sud de la France, mais peu d'annulations à chaud, les compagnies ayant supprimé des vols en amont, ce qu'elles sont encore invitées à faire mercredi.Le mouvement a néanmoins dépassé les prévisions puisque 26 % des vols ont été annulés contre 20 % annoncés. Il y a eu aussi des retards conséquents pour 32 % des vols maintenus.  

L'Unsa-ICNA, troisième syndicat des aiguilleurs du ciel (22,4% des voix aux élections professionnelles), a déposé un préavis de grève jusqu'à dimanche pour protester contre les moyens trop faibles accordés, selon lui, à la navigation aérienne pour 2015-2019 dans "le plan de performance" que la France doit présenter d'ici au 30 juin à Bruxelles.Il a annoncé qu'il sera reçu mercredi au secrétariat d'Etat aux Transports et qu'il prendra sa décision de lever ou pas le mouvement "en fonction" de cette réunion.Le SNCTA, premier syndicat (41%) parmi les 4.000 contrôleurs aériens de l'Hexagone, avait pour sa part  levé son préavis dimanche à la suite d'ultimes négociations avec le gouvernement.


Pour mercredi, l'Aviation civile a redemandé aux compagnies d'annuler préventivement 20% de leurs vols dans les aéroports du sud de la France, ainsi que les vols au départ de Paris à destination du sud de la France, de l'Espagne, du Portugal, Maroc, Tunisie et Algérie.Selon le secrétariat d'État aux Transports, environ 75% des vols initialement programmés devaient être assurés en moyenne cette semaine.

Sur le même sujet

PORTRAIT. A Clermont-Ferrand, la photo animalière pour passion

Les + Lus