GL Events : 80 millions d’euros de revenus grâce au Mondial

Dans une interview accordée à nos confrères des Echos.fr, Olivier Ginon, Pdg du groupe lyonnais de communication événementielle, explique que GL Events se développe rapidement au Brésil et en Amérique latine grâce, notamment à la Coupe du Monde de football.

Le siège de GL-Events à Lyon-Confluence.
Le siège de GL-Events à Lyon-Confluence. © France 3 Rhône-Alpes
L'entreprise travaille sur le Mondial brésilien dans le cadre d’un gros contrat d’"hospitalité" (fourniture d’espaces réceptifs, de tentes, de mobilier, de matériel électrique et audiovisuel…) et de dix-huit contrats avec différentes collectivités locales. Elle héberge à Rio les locaux de la Fifa, et ceux du centre de presse. Tout cela pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 80 millions d’euros, 

Mais GL Events a débuté à Rio dès mars 2006 avec la concession pour 50 ans du parc des expositions Rio Centro, le plus important d’Amérique latine, avec 85.000 mètres carrés disponibles. Mi-2013, en obtenant la concession du centre d’exposition "Imigrantes", l'entreprise s'est aussi implantée à São Paulo. Avec 20 millions d’habitants, c’est la cinquième plus grande ville mondiale sur le plan économique. 

En 2013, le chiffre d’affaires de GL Events au Brésil était en hausse de 54 %, à 101,8 millions d’euros. Il devrait dépasser 500 millions de réals (167 millions d’euros) en 2016, année des Jeux olympiques.

Des perspectives sur toute l'Amérique latine

Le Mondial de football se termine, mais pas les affaires de GL Events. Ainsi, du matériel utilisé pour la Coupe du monde au Brésil va être transféré au Pérou pour la Conférence de l’ONU sur le climat qui se tiendra en décembre prochain. Un nouveau contrat qui s’élève à 44 millions de dollars (32 millions d’euros).

A Lima, où la croissance économique atteint 6 %, un Palais des Congrès est en construction, dont la société d'événementiel espère obtenir la gestion. Elle compte aussi s' implanter au Chili d’ici six à douze mois.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coupe du monde de football