• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Affaire Agnès : un défilé d'experts pour éclairer la personnalité de Matthieu

Mercredi, les psychologues et psychiatres se sont relayés à la barre de la Cour d'Assises de Riom pour tenter d'expliquer la personnalité de Matthieu. / © France 3 Auvergne
Mercredi, les psychologues et psychiatres se sont relayés à la barre de la Cour d'Assises de Riom pour tenter d'expliquer la personnalité de Matthieu. / © France 3 Auvergne

Devant la cour d'assises des mineurs à Riom, plusieurs psychiatres et psychologues étaient appelés à la barre mercredi pour éclairer les jurés sur la personnalité de Matthieu, et notamment l'expert qui l'avait déclaré "non dangereux" après une première affaire de viol.

Par Claude Fallas

C'est le Docteur Aiguevives qui avait déclaré Matthieu non dangereux et exclu la perversité après le viol de Julie dans le Gard en août 2010. Et c'est après son expertise qu'un juge avait alors remis en liberté le  mineur qui était ainsi arrivé au lycée Cévenol au Chambon-sur-Lignon…

Après presque 3 heures d'audition à la barre, le Dr Claude Aiguevives, pédo-psychiatre, ressort du tribunal en fin de matinée. Aucune déclaration à la presse de sa part. Sur les marches du tribunal, c'est le défenseur de la famille d'Agnès Marin qui exprime sa colère. "Monsieur Aiguevives est comme beaucoup de protagonistes de cette affaire, il refuse d'admettre l'évidence ! Reconnaître qu'ils ont pu commettre des erreurs est au-dessus de leurs forces. Donc Monsieur Aiguevives a maintenu, contre vents et marées, qu'il avait été un très bon expert, même s'il a concédé, parce que c'était difficile de faire autrement, un certain nombre de fautes."

Mercredi à Riom, c'était le défilé des psychologues et psychiatres qui ont examiné cet accusé qu'on dit "glacial, dénué de remords et d'affect".
Dans leurs rapports, certains médecins ont exclu la maladie mentale ou la psychose mais évoqué un discernement altéré du fait d'une personnalité perverse. Une carte à jouer pour les avocates de Matthieu. "Nous avons la conviction profonde qu'il n'est pas totalement responsable de ses actes", explique Isabelle Mimrand, avocate de la défense. " Nous attendons des experts des explications sur sa personnalité, le traitement psychiatrique dont il fait l'objet actuellement depuis un an, un traitement psychiatrique lourd."

Jeudi, le médiatique psychiatre Marcel Ruffo apportera son éclairage à son tour par visio-conférence. Puis on s'acheminera vers la fin du procès avec les plaidoiries des parties civiles… Le verdict est attendu vendredi après-midi ou dans la soirée.
Affaire Agnès : les psys appelés à la barre.
Reportage : Gérard Rivollier, Elodie Brot-Monnier. Intervenants : M° Francis Szpiner (avocat de la famille Marin), M° Isabelle Mimrand (avocate de la défense)



Sur le même sujet

Ain : un bâtiment agricole parti en fumée à Péron

Les + Lus