Patinage: Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron champions d'Europe !

Les Auvergnats Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont été sacrés champions d'Europe, jeudi soir, à Stockholm. / © AFP PHOTO / JONATHAN NACKSTRAND
Les Auvergnats Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont été sacrés champions d'Europe, jeudi soir, à Stockholm. / © AFP PHOTO / JONATHAN NACKSTRAND

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont été sacrés champions d'Europe de danse sur glace, jeudi soir, à Stockholm. Les Auvergnats étaient en tête à l'issue du programme court. C'est seulement leur deuxième saison chez les seniors.

Par AFP

C'est ce qui s'appelle faire sensation. A seulement 19 et 20 ans, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont enlevé de main de maîtres leur premier grand titre en danse, lors de l'Euro-2015 de patinage artistique, jeudi à Stockholm.

Le couple de patineurs était clairement attendu depuis ce début de saison tonitruant et leur progression fulgurante depuis leurs débuts chez les seniors il y a seulement deux ans. Le duo, particulièrement émouvant, a patiné son programme libre sur un Adagio du concerto N.23 de Mozart pour exploser son record de points (108,91) et s'imposer au final avec 179,97, devant les Italiens Anna Cappellini et Luca Lanotte, tenants du titre mondial et européen (171,52). Ils se sont longuement étreint avant de quitter la piste sous les ovations du public.

"C'est le programme que je voulais pour qu'ils sortent de l'enfance", a déclaré leur entraîneur depuis trois ans, Romain Haguenauer. Le tandem a effectivement changé de dimension en marquant fortement les esprits. 
Très rares sont les couples en danse qui brillent très jeunes au plus haut niveau alors que la catégorie requiert de la maturité et que la hiérarchie fait plus ou
moins loi. Mais les deux Bleus ont bouleversé les standards.

"Leur qualité aujourd'hui est qu'ils patinent ensemble depuis dix ans. Ils possèdent une longue expérience dans le travail de connexion, dans leur façon de bouger, ils ne font qu'un. Ils sont très complices et respectueux l'un de l'autre, il n'y a jamais un mot plus haut que l'autre", a souligné Romain Haguenauer.

Mêmes délires

Associés quand ils avaient 8 et 9 ans par la mère de Gabriella, Catherine Papadakis, les deux Français ont débuté à Clermont-Ferrand avant de s'installer à Lyon puis de suivre Haguenauer à Montréal. Dans la cité québecoise, ils travaillent aussi avec les entraîneurs canadiens Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon, vice-champions du monde en danse en 2006 et 2007, et un professeur de théâtre, Catherine Pinard, ancienne artiste du Cirque de Soleil.

Leur aventure commune n'a jamais connu de couac et les deux champions se font toujours les mêmes blagues d'enfants. "On rigole toujours pareil, on a les mêmes délires que depuis 10 ans, on a grandi ensemble. On a changé mais pas tant que ça", explique Guillaume Cizeron.
"Quand on est ensemble les gens se disent: mais ils ont quel âge? Ils ont 12 ans?", raconte Gabriella Papadakis.

Paradoxalement, le duo ne se voit que très peu en dehors de la glace. Mais ils partagent la même autodérision et se complètent à merveille. "On ne prend jamais les choses trop à coeur. Moi je sais où on va. On ne s'en 'fout' pas mais un petit peu. C'est ce qui fait notre force. Ca nous arrive très rarement de pleurer. On retombe sur nos pattes parce qu'on se connaît", confie Guillaume Cizeron.

Gabriella Papadakis, qui fait des études de lettres et joue de la guitare à ses heures perdues, se présente comme une jeune femme très tête en l'air.
"J'ai des problèmes de concentration énorme dans la vie, je perds tout, j'oublie tout. Guillaume est beaucoup plus terre à terre. C'est une très bonne chose pour notre couple!" Guillaume Papadakis, lui, est un perfectionniste, audacieux et plutôt borné. Et un artiste aussi, qui a fait l'école des Beaux-Arts, et véritable passionné de danse.
Leur histoire ne fait que commencer...

Les réactions :
Gabriella Papadakis :
"On est surpris, oui et non, on savait que c'était possible. Après, de là à y arriver, c'est tout autre chose. Les Russes avaient fait des progrès, les Italiens aussi. C'était vraiment très stressant, on ne savait plus ce qu'on allait faire. On l'espérait mais d'y arriver, c'est énorme. C'est énorme, gagner un titre comme ça à 19 et 20 ans. C'est aussi stressant pour les années à venir, il va falloir toujours faire aussi bien."

Guillaume Cizeron :
"C'était vraiment très stressant, on est arrivé ici avec une position de favoris, entre guillemets, mais en même temps, rien n'est joué tant qu'on n'a pas patiné.
C'est énormément de concentration, d'efforts, ça nous vide complètement. Mais la récompense est tellement bonne. On ne réalise pas, on est sur un petit nuage pour l'instant. On attend tellement longtemps, il y a tellement d'excitation, de stress et puis ça passe tellement vite qu'on a l'impression d'avoir fait un bon rêve. Mais là, on n'est pas encore réveillé ! Mais voilà, c'est le sport, ce n'est pas parce qu'on est premier maintenant qu'on va le rester toute notre vie. Mais on l'espère et on va vraiment se battre pour ça. Pour l'instant, c'est une immense fierté
."

Sur le même sujet

Les + Lus