Accessibilité : un village vacances cantalien montre l'exemple

A Saint-Flour (15), un village vacances a été entièrement mis aux normes d'accessibilité, ce qui lui a valu le label "tourisme et handicap". Problème : ce type d'hébergement adapté est encore marginal.

Dans ce village vacances de Saint-Flour (15), tout a été conçu pour accueillir tout le monde : valides ou handicapés. Dans chaque logement, la plupart des obstacles potentiels ont été éliminés : passage d'un fauteuil sous un lavabo ou un évier, accès aux prises électriques ou encore facilités de passage.  "En fonction de l'accès au lit à droite ou à gauche, il y a la possibilité de déplacer le lit car tout le mobilier est amovible" indique Guy Salat, le directeur.

"On a des repères"

Yldiz Gedikoglu, malvoyante, apprécie les efforts : "Le non voyant il a vraiment besoin de toucher, d'explorer lui-même l'environnement. Quand il y a quelqu'un qui lui explique, en général il ne comprend rien. Ici, il n'y a pas d'obstacles partout, c'est facile à se représenter quand on ne voit pas, on a des repères."

Au départ, le directeur de la structure visait les subventions accordées pour les aménagements spéciaux, puis il s'est pris au jeu et très vite ce sont tous les chalets du village qui ont été mis aux normes : "j'estime qu'aujourd'hui, l'accueil en vacances doit s'adresser à l'ensemble de la population quel que soit son âge, quel que soit son handicap" explique-t-il. Bonne pioche : ses efforts lui ont valu le label "tourisme et handicap" :

Objectif : autonomie

Et il n'y a pas que l'intérieur qui est aux normes : les abords des logements ont eux aussi été aménagés avec des aires de détente pour les chiens accompagnateurs et l'accès à la piscine a été organisé pour tous avec des fauteuils adaptés. Pour Guy Salat, "lorsque les personnes handicapées viennent en vacances, elles sont toujours accompagnées mais il faut faire en sorte de ne pas les dévaloriser en les aidant au maximum à être autonomes."

10 à 20% de la population française souffre d'un handicap permanent ou temporaire, et l'accès aux loisirs est une demande de plus en plus importante. Problème : dans une région aussi touristique que l'Auvergne, moins d'une quinzaine de structures de vacances sont ainsi labellisées "tourisme et handicap".

Reportage : Pascale Félix, Bruno Lebret, Patricia Raclet. Intervenants : Yldiz Gedikoglu, Guy Salat (Directeur du village labellisé)