"Alep 1915 ... témoignages" : exposition à voir à la Fondation Bullukian

Le photographe lyonnais d'origine arménienne, Rajak Ohanian avait fait le voyage à Alep en 2006 à la recherche de l'orphelinat qui a hébergé son père. Dès l'été 1915, la ville syrienne était devenue l'une des principales villes d'accueil des rescapés du génocide et notamment des enfants orphelins.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Cette exposition est organisée par la Bibliothèque municipale de Lyon, en partenariat avec la Fondation Bullukian, et le Centre National de la Mémoire Arménienne. Elle s’inscrit dans le cadre de la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens. 

reportage de M.Figureau et T.Swiderski - Edition 12/13 Rhône-Alpes du 10/3/15

Le photographe Rajak Ohanian s'est rendu à Alep, durant l’hiver 2005-2006, sur les traces de son père Garabed. Ce dernier, déporté en Syrie pendant le génocide des Arméniens, avait été hébergé très jeune dans un orphelinat d'Alep. Rajak Ohanian a ramené de son voyage une série de clichés de la ville syrienne aujourd'hui menacée de disparaître. Des photographies qui sont exposées à la Fondation Bullukian. En écho aux 14 clichés : la présentation met en avant des textes d'historiens, des paroles de philosophes... des mots, exempts d’espaces et de ponctuation, disposés comme des barbelés. Parti d’un travail personnel, Rajak Ohanian a réalisé une œuvre qui rend hommage à son père et plus globalement à l’ensemble des victimes des génocides.

Une exposition à voir jusqu'au 16 mai 2015 à la Fondation Bullukian (place Bellecour), à Lyon.