La Voix est libre : Focus sur les départementales dans la Drôme

Dernière émission spéciale avant le premier tour des élections départementales : "La voix est libre" était consacrée ce midi sur France 3 aux enjeux politiques dans la Drôme. Avec la possibilité une fois encore d'intervenir en direct en tweetant avec #LVELRA.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"La voix est libre", notre émission politique du samedi matin, était consacrée cette fois encore aux élections départementales. Après la Loire et l'Ain, la Drôme. La Drôme qui est l'un des départements Rhônalpins où une bascule politique pourrait bien intervenir au soir du 29 mars et passer de gauche à droite.

Ce département de 491 334 habitants voit sa population augmenter mais pas partout, plutôt dans la vallée du Rhône et autour de Montelimar. Taux de chômage à 11%, le plus fort de la région au dernier trimestre 2014 et un niveau de ressources moyen qui en fait l'un des plus modestes de Rhône-Alpes.      

Les Drômois sont -ils pour autant plus mobilisés ici qu'ailleurs pour ce scrutin ? Apparemment non si l'on en croit les témoignages des uns et des autres, croisés ici et là cette semaine, et qui donnent à voir un citoyen pas vraiment concerné, peu au fait du prochain scrutin. Pas vraiment étonnant puisque les compétences de la nouvelle assemblée étaient encore l'objet d'âpres négociations, il y a quelques jours, à l'assemblée nationale.    

4 invités sur le plateau :

  • Nicolas Daragon (UMP/UDI/Modem), maire de Valence et conseiller général sortant, 
  • Anne Marie Reme-Pic (PS/ PRG / Divers gauche) conseillère générale sortante (PS), 
  • Mariette Cuvellier (Alternative à gauche /EELV) )
  • Joël Cheval (FN).

Silence embarrassé lorsqu'il s'est agi de désigner la personnalité qui pourrait prendre la présidence de la nouvelle assemblée départementale en cas de victoire. Ni l'UMP, ni le PS n'ont voulu s'y hasarder malgré l'insistance malicieuse de Paul Satis et d'Olivier Michel.

Le politologue Daniel Navrot expliquera un peu plus tard la prudence des deux partis : L' l'incertitude autour du score du FN  fait qu'aucun d'entre eux n'a voulu prendre le risque de désigner d'ores et déjà un leader qui pourrait être battu au soir des élections. Un pragmatisme justifié par le mode de scrutin et l'abstention qui pourraient conduire le PS ou l'UMP à l'échec dès le premier tour.    

Extrait de La voix est libre du 14 Mars 2015 avec consécutivement Anne Marie Reme-Pic (PS), Nicolas Daragon (UMP), Mariette Cuvellier  (Alternative écologique et citoyenne) et Joël Cheval (FN)