• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Elections départementales: quand le FN dérape...

Détail de la Une du Nouvel Ob's
Détail de la Une du Nouvel Ob's

Malgré la surprise affichée par les responsables du Front National, les révélations s'enchaînent sur les dérapages des candidats frontistes aux élections départementales. La région Rhône Alpes ne fait pas figure d'exception.

Par Isabelle Gonzalez

Avalanche de blagues racistes, appels au lynchage et insultes antisémites ou encore homophobes sont minutieusement collectées par la presse et les militants anti-FN. Tous ont épluché les comptes sociaux des milliers de candidats investis par le parti de Marine Le Pen, aidés par des cybermilitants, comme ceux de L'Entente.
Le Front national voulait des hommes et des femmes présentables pour les départementales. Si le parti figure dans 93% des cantons, certains de ses candidats éraflent profondément le vernis de respectabilité qu'il veut se donner. «Ce ne sont pas des professionnels de la politique», se défend Marine Le Pen.

Des candidats frontistes de notre région 
Le secrétaire départemental du Rhône pour le FN, Christophe Boudot, déclare, lors d'un entretien téléphonique avec Olivier Michel de France3 " je découvre ces propos. Il s'agit de brebis galeuses. Si leurs propos sont avérés alors ils seront convoqués par la commission de discipline du parti afin d'étudier leurs cas."

Sur le site de L'Entente, un collectif qui traque les dérapages des frontistes sur internet, on peut lire les déclarations de candidats qui se présentent dans notre région:
David François, candidat à Annonay (Ardèche), qualifie l’écrivain Alexandre Jardin de « pédale de gauche », répondant à un commentaire sur Twitter « et encore vous oubliez les homotransphobes, les homobiphobes et toutes les variations phobes de vos perversions« , il re-tweete un message qui sous-entend l’idée d’un complot juif pour les attentats de janvier.
Yves Philippe, candidat à Attignat (Ain), cumule l’ensemble : il partage une publication affirmant que Valls « rampe, lèche le sol ! » face aux juifs, évoque « ces juifs qui déconstruisent le bien fondé de notre Pays ! », et le parti des « juifs entre-eux » pour Nicolas Sarkozy et Manuel Valls (même si aucun des deux n’est juif), reprend une vidéo sur la « Synagogue de Satan (666) ». Il relaie aussi la publication « Y’a pas bon Taubira », et la définition du « niquetamère ». Il pense que les musulmans, ces « fils de Satan !!! comment a t’on pu faire rentrer ces porcs attardés dans nos pays civilisés ? », etc...
Pascal Wojtalik, candidat à Roanne-2 (Loire), partage lui un texte violemment antisémite, dans lequel on trouve notamment ces mots : « Quiconque me dira que le poison juif cosmopolite prend racine à Moscou n’aura, de ma part, qu’un sourire dubitatif. Qu’y a-t-il en face ? »
Serge Voyant, qui se présente à Thizy-les-Bourgs (Rhône), partage un article qui parle de« califat LGBT » ; ainsi qu’un vidéo qui, derrière un titre interrogatif, affirme l’existence d’un lobby juif en France.
Jean-Marie Petit, candidat à Sorbiers (Loire), relaie le message suivant : « enlevons le RSA, les allocs, les soins gratuits etcccc et vous verrez qu on entendra plus parler d islam en France.. ». Il partage aussi un montage de bombardement de saucissons sur des musulmans en train de prier, avec ce sous-titre : « Ce coup ci, il n’y aura pas d’Arche de Noé après le déluge! »

Jeudi 19 mars au soir, l’état-major du Front national par la voix de son responsable de l’Ain, Maxime Chaussat, déclarait qu’Yves Philippe était suspendu à titre conservatoire de son étiquette FN pour le premier tour de scrutin dimanche 22 mars 2015.

Sur le même sujet

Béatrice Van Oost Directrice des centres examens de santé CPAM du Rhône

Les + Lus