Quelle organisation pour les services de l'Etat dans la nouvelle carte Auvergne-Rhône-Alpes ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Pauilhac
© France 3 Auvergne

C'est l'une des conséquences de la loi du 16 janvier 2015 délimitant les nouvelles régions. La fusion de l'Auvergne et Rhône-Alpes entraînera la refonte des services déconcentrés de l'Etat. En 2016, il n'y aura plus qu'un seul préfet de région, dont les compétences s'étendront sur 12 départements. 

(La carte ci-dessus représente le nombre d'agents, au 1er janvier 2015, dans les différentes implantations des services préfectoraux en Auvergne et Rhône-Alpes.)


Grand chambardement en vue dans les préfectures ! Depuis sa nomination le 22 avril dernier, le préfet "préfigurateur" de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le préfet de la région Rhône-Alpes Michel Delpuech, est sur le pont. Sa mission : dresser un état des lieux des services régionaux de l'Etat afin d'établir une "feuille de route" de la future organisation préfectorale. Il propose, par exemple, une organisation "multi-sites". Clermont-Ferrand conserverait ainsi la direction de certains "pôles fonctionnels" (peut-être l'agriculture) qui couvriraient l'ensemble du territoire de la grande région. Les directions "de proximité", comme celles des affaires culturelles, des monuments historiques ou la Dirrecte (Inspection du travail) devraient également rester en Auvergne.

A Lyon, les responsables politiques et le monde socio-économique se sont déjà projetés dans cette future carte régionale (Michel Delpuech)

Aux yeux de Michel Delpuech, la fusion des régions est une "union évidente" mais aussi une "chance extraordinaire à saisir", qui permettra un "enrichissement mutuel". Avec près de 7,7 millions d'habitants, Auvergne-Rhône-Alpes sera la 2e région la plus peuplée de France, la 4e d'Europe (après l'Ile-de-France, l'Andalousie et la Lombardie). Son poids économique aussi est important : elle représente 12% de l'emploi métropolitain.

Pas de mobilité géographique imposée aux agents

Mais ces futurs changements sont source d'inquiétude pour les fonctionnaires travaillant actuellement sur le territoire auvergnat. Si l'accent est mis sur le dialogue social et l'accompagnement collectif et individuel des agents, le préfet préfigurateur a surtout pris un engagement fort envers les personnels : maintenir les effectifs actuels. Aujourd'hui, les services préfectoraux en Auvergne comptent 3450 agents. Leurs homologues rhônalpins sont presque 3 fois plus nombreux (9400 personnes). Michel Delpuech insiste sur le fait qu'il y aura "zéro départ" et "aucune mobilité géographique imposée"

durée de la vidéo: 00 min 37
Fusion Auvergne / Rhône-Alpes : interview de Michel Delpuech

La "feuille de route" établissant le fonctionnement et l'implantation géographique des directions préfectorales régionales sera remis au Premier ministre fin juin 2015. Et c'est au cours de l'été que Manuel Valls arrêtera l'organisation de la future région Auvergne-Rhône-Alpes (et des 6 autres régions concernées par la fusion). Un décret fixera alors les chefs-lieux de région provisoires. Cette nouvelle organisation territoriale de l'Etat sera progressivement mise en place à partir de janvier 2016 (au lendemain des élections régionales) pour être effective en 2018.






En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.