Moins d'une semaine avant l'ouverture du 51e salon aéronautique, l'heure est aux préparatifs. Une vingtaine d'entreprises auvergnate sera présente au Bourget. L'occasion de "faire du business", de se faire connaître et de valoriser la filière régionale.

Après 10 années d'absence, Domaero renoue avec le Salon du Bourget...
Là-bas, il y aura 2260 exposants venus de 47 pays, dont la PME de 70 salariés basée à Issoire et spécialisée en tôlerie et chaudronnerie pour le secteur aéronautique ou spatial. Un rendez-vous jugé "indispensable", notamment pour être vu. "Nous n'allons pas chercher des commandes en tant que telles, nous allons chercher à nous faire reconnaître auprès des donneurs d'ordre, notamment de rang 1, issus par exemple du monde Airbus et chez qui Domaero ne serait pas connue", explique son Pdg, Christophe Bompard.

Parmi les habitués du salon, Rexiaa Group, qui participe à l'événement depuis 40 ans. L'occasion, pour l'entreprise, de présenter les derniers modèles sortis de ses ateliers, comme l'APM 20 Lionceau, un avion école, le premier avion tout en carbone.

"C'est aussi pour les aéroclubs ou les centres de formation qui vont utiliser ces avions l'occasion de toucher de près la machine, de pouvoir échanger (...) Plus qu'une vitrine, c'est essentiel", estime Isabelle Moniot, directrice générale RTM.

On rêve que plusieurs milliers d'emplois se créent en région", explique Sarah Vannucchi de l'ARDE.


Aux manettes, l'Agence Régionale de Développement Economique. Le pavillon auvergnat rassemblera 21 entreprises, avec un double objectif : "Faire faire du business aux entreprises et valoriser notre région comme une région fertile dans le domaine aéronautique. On rêve que plusieurs milliers d'emplois se créent en région autour de cette filière qui offre quand même 8 à 10 ans de carnets de commande", affirme Sarah Vannucchi, directrice adjointe de l'ARDE.

Le salon aéronautique du Bourget se déroulera du 15 au 21 juin.

Voir le reportage de Laurent Pelletier et René Thévenot