• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A480 et Rondeau: le Département de l'Isère vs la Métro de Grenoble

Ferrari vs Barbier / © France 3 Alpes
Ferrari vs Barbier / © France 3 Alpes

Sur l'échangeur du Rondeau, il est à peu près certain que tous sont d'accord. Sur l'élargissement de l'A480, en revanche, il y a une réelle divergence entre la Métro de Grenoble et le Département de l'Isère. Et pourtant, cet aménagement est inscrit au décret ministériel d'août 2015. 

Par Céline Aubert

Faire sauter le Rondeau, on en parle depuis 15 ans. Désormais, on estime la fin des travaux à l'horizon 2020. Une victoire pour les collectivités qui ont signé le 3 juillet une convention avec AREA, le futur concessionnaire. 

L'élargissement de l'A480 en revanche, la Métro y est farouchement opposée. "L'élargissement de l'A480, je n'y suis pas favorable, a expliqué Christophe Ferrari, le président de Grenoble Alpes Métropole, "car il vise à faire un barreau de délestement de l'A7, l'autoroute de la vallée du Rhône".

"Faire un barreau à 2X3 voies n'a pas de sens aujourd'hui dans le territoire, notamment en créant du trafic de transit. Ça a aussi de l'impact sur les riverains, sur la qualité de l'air."

"Je peux comprendre que le président du Département dise: ce n'est pas qu'un enjeu de l'agglomération grenoboloise, c'est un enjeu plus large. Ce qui est un enjeu plus large, c'est la question de la fluidité et de l'accès à la métropole grenobloise quand on vient des différents points du département, ce n'est pas un enjeu d'augmentation du trafic de transit dans cette agglomération (...) Oui, nous avons des divergences et c'est normal, mais il y a aussi un consensus sur le Rondeau."

"Un opérateur comme AREA ne peut pas arriver comme ça, sur un territoire, la fleur au fusil et dire je fais ce que je souhaite faire... Je pense qu'AREA a très bien compris le desiderata de l'agglomération et de la métropole grenobloise."

"Je suis convaincu que tout le monde recherche le consensus, car, lorsqu'il y a des blocages, c'est le meilleur moyen de ne rien faire, et là il y a urgence."

Interview Christophe Ferrari 
Interview Christophe Ferrari

Et pourtant, s'il n'est pas exactement question d'élargissement, l'extension de la concession prévoit bien une 2X3 voies sur l'A480.

"L'aménagement de l'A480 est inscrit dans le décret ministériel" précise Jean-Pierre Barbier le président du Conseil Départemental de l'Isère. "Et c'est une excellente nouvelle, parce que c'est 300 Millions d'euros de fonds privés qui vont permettre l'aménagement... et non pas l'élargissement car il s'agit de faire 2 X 3 voies dans un espace déjà dédié à la route, avec des aménagements urbains pour qu'il y ait une acceptabilité des riverains." 

"Il y aura une vraie caractéristique autoroutière parce que on traitera le transit interne à l'agglomération de Grenoble mais aussi le transit départemental". 

Interview de Jean-Pierre Barbier - part 1
Interview Jean-Pierre Barbier part 1

"A mon sens les études doivent être menées parallèlement sur le Rondeau et l'A480, les deux sont liés, on ne peut pas faire le Rondeau et ensuite se préoccuper de l'A480, les deux sont tellement liés, si on veut quelques chose d'opérationnel il faut faire comme cela, il n'y a pas le choix. Après qu'il y ait des discussions sur le nombre d'arbres plantés, sur les murs anti-bruit, bien évidement il va y avoir ces discussions... mais le but principal c'est de désenclaver Grenoble, d'en faire une métropole accessible, si on veut que l'économie se développe."

Il précise aussi que "cet aménagement ne coûtera rien aux usagers puisque la partie A480 sera gratuite. Il y aura un endossement sur les deux autres sections autoroutières gérées par AREA, il y aura une augmentation de la durée de la concession, et peut-être une très légère augmentation de tarif, c'est à AREA de décider. 

"Il faut comprendre qu'il en va de l'avenir de Grenoble, il faut avoir une vision d'avenir. Les voitures que nous connaîtront demain seront beaucoup moins polluantes, il faut se dire que la voiture n'est pas l'ennemi de la qualité de l'air ou l'ennemi de la qualité de vie". 

Interview Jean-Pierre Barbier - part 2 
Interview de Jean-Pierre Barbier part 2


A lire aussi

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus