Accusé d'avoir fait appel à un sniper pour tuer un détenu de Varces (Isère), Mourad B. comparaît devant les assises du Rhône à Lyon

Un tireur dans les bois, une victime dans la cour de la prison de Varces (Isère) / © France 3 Alpes
Un tireur dans les bois, une victime dans la cour de la prison de Varces (Isère) / © France 3 Alpes

C'est le dernier 'acteur' d'un épisode retentissant. Mourad B. comparaît devant les assises du Rhône pour avoir 'commandé' le meurtre d'un détenu de la prison de Varces. Le meurtrier s'est depuis donné la mort.

Par France 3 Alpes avec AFP

Le procès n'aura pas lieu en Isère mais devant les assises du Rhône car le dossier a été instruit à Lyon. Les jurés jugent, à compter de ce lundi 21 janvier et jusqu'au 1er février, Mourad B., le commanditaire présumé du meurtre d'un détenu dans la cour de la prison de Varces, par un sniper qui s'est depuis suicidé, épisode inédit et spectaculaire de la guerre des gangs grenoblois remontant à 2008.

DMCloud:31115
Procès: 1er jour d'audience
Intervenants: Me Florent Girault, avocat de Mourad B., Me Ronald Gallo, avocat de la famille Lamiri

C'était la première fois en France qu'un prisonnier était tué par un tireur posté à l'extérieur d'une prison. La ministre de la Justice d'alors, Rachida Dati, s'était rendue le jour-même sur place, alors que des incidents avaient éclaté dans l'établissement après les faits.

DMCloud:30831
Les événements de Varces en 30 secondes
En 30 secondes voici résumé la journée du 28 septembre 2008 à la prison de Varces. Un mort, des émeutes, une ministre.

Mourad B., qui clame son innocence, est poursuivi pour complicité de meurtre et tentative de meurtre en bande organisée. Deux amis du sniper comparaissent pour recel du produit du crime et remise illicite d'objets à détenu. Ils auraient servi d'intermédiaires.

Le défenseur de Mourad B., Me Florent Girault, entend montrer à l'audience "la faiblesse de la conviction policière, qui n'est assise sur aucune preuve". Selon l'avocat de la famille de la victime, Me Ronald Gallo, ses clients "abordent la justice avec peu d'assurance et de l'inquiétude".

Un meurtrier présumé

Marcel Egea, arrêté aussitôt et fortement soupçonné d'être le sniper, devait être jugé en avril 2012 mais cet homme de 61 ans s'est pendu avec un câble alimentant des appareils électriques, dans sa cellule à l'isolement de la maison d'arrêt de Lyon-Corbas, au matin de l'ouverture de son procès.

Ce suicide, qui avait provoqué un début de polémique sur sa surveillance alors qu'il faisait l'objet de rondes toutes les deux heures, a entraîné le report de l'audience pour les autres prévenus.

DMCloud:30833
Avril 2012, le sniper se suicide
Le 27 avril 2012, alors qu'il devait comparaître, le sniper supposé de la prison de Varces se suicide.

Les faits

Le dimanche 28 septembre 2008, peu avant 17 heures, Sghaïr Lamiri, 29 ans, recevait cinq balles alors qu'il se trouvait dans la cour de promenade et mourait quasiment sur le coup. Nordine Aguaguena, autre détenu qui se portait à son secours, était grièvement blessé au poignet gauche. Les coups de feu provenaient d'un tireur embusqué positionné sur une colline surplombant l'établissement pénitentiaire.
             
Un quart d'heure après, Marcel Egea était arrêté sur une moto volée, repérée peu avant la fusillade par des gendarmes, qui avaient placé l'engin sous surveillance. L'homme portait sur lui un fusil de chasse à lunette Remington dont le canon était encore chaud et était vêtu d'une tenue de camouflage. Il prétendait être venu cueillir des champignons. L'enquête de voisinage montrait qu'il s'était rendu régulièrement sur les lieux auparavant. A son domicile, des munitions, des jumelles et un trépied pour une arme longue étaient retrouvés.

Sghaïr Lamiri, qui purgeait une peine de huit années d'emprisonnement pour vols à main armée, était lié à l'un des clans s'affrontant dans des règlements de comptes sanglants dans l'agglomération grenobloise depuis plusieurs années. Son frère Lasaad Lamiri, trafiquant notoire, avait été tué en 2003.

D'après des informateurs de la police, Sghaïr Lamiri était tenu pour responsable d'un guet-apens monté en avril 2007 en Isère, à Champagnier, dans lequel un homme était mort et un autre avait été blessé grièvement. Mourad B. en avait réchappé.

Rapidement après la fusillade de Varces, des renseignements anonymes désignaient Mourad B., alors âgé de 23 ans, comme le commanditaire. Des interceptions téléphoniques permettaient de faire le lien entre le jeune homme et Marcel Egea.

Dans des conversations enregistrées au parloir, le tireur présumé évoquait aussi, avec deux amis, des remises d'argent par "Mourad" en paiement du meurtre, dont des traces ont été retrouvées. Ces amis remettaient, en outre, à Egea de la résine de cannabis et des vêtements Lacoste, qui se sont avérés avoir été achetés par Mourad B..

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus