Capricorne asiatique : campagne d'abattage d'arbres à Divonne-les-Bains (Ain)

Environ 300 arbres de toutes tailles vont être abattus à Divonne-les-Bains (Ain) en raison de la découverte d'un nouveau cas de contamination par le capricorne asiatique. Ce coléoptère originaire d'Asie du Sud-Est est un prédateur redoutable pour de nombreuses essences. 
Une larve de Capricorne asiatique, un coléoptère originaire d'Asie du Sud-Est très dangereux pour les arbres, découvert pour la première fois à Divonne-les-Bains en 2016.
Une larve de Capricorne asiatique, un coléoptère originaire d'Asie du Sud-Est très dangereux pour les arbres, découvert pour la première fois à Divonne-les-Bains en 2016. © Grégory YETCHMENIZA/MaxPPP

A Divonne, les tronçonneuses ont repris du service le 17 février, dans une petite forêt située entre le parc aventure Forestland et la ville. L'abattage de quelque 300 arbres est pris en charge par l'Etat dans le cadre d'un plan de lutte contre la prolifération d'un parasite, le coléoptère asiatique Anoplophora glabripennis, plus connu sous le nom de Capricorne asiatique.

Si la mesure semble radicale, elle est à la hauteur du risque. Si l'insecte est inoffensif pour l'homme et les animaux, c'est en revanche un prédateur redoutable pour une grande variété d'arbres, dont il provoque la mort en quelques années. Les trous percés dans les troncs, dignes de trous de perceuses, ne laissent aucun doute quant à la présence du coléoptère dans le secteur. 
 
Des trous réalisés par un capricorne asiatique.
Des trous réalisés par un capricorne asiatique. © France 3
 

Un premier cas en 2016

En 2016, un premier cas de contamination avait été observé dans la ville frontalière. L'arbre concerné avait été rapidement abattu, ainsi que d'autres "individus à risque", comme les services préfectoraux le disaient à l'époque.  

Dans la foulée, un périmètre de "surveillance intensive" était mis en place, dans un rayon de 2 kilomètres autour de l'arbre infesté, l'objectif étant de détecter précocement toute nouvelle présence de l'insecte. 
 
© France 3
 

Une détection précoce payante

C'est grâce à ces mesures de détection que de nouvelles contaminations ont été repérés en 2017. A chaque fois, l'arbre porteur de traces du parasite a été abattu et évacué, tout comme les espèces situées 100m autour. Un nouveau périmètre de surveillance est alors décrété dans un rayon de 2 kilomètres.

Des chiens renifleurs dressés en Suisse ont fait une nouvelle trouvaille en novembre 2019. L'arbre percé se trouvait dans le parc d'une propriété privée près de la divonne. Décision a donc été prise de procéder à ces abattages en nombre dans les environs. 

La période n'a pas été choisie au hasard : l'insecte est actuellement en hibernation et ne reprendra son activité qu'en avril, ce qui favorise son élimination.
   

Les habitants ont un rôle à jouer

Non loin de la forêt ciblée, le parking du Forestland est exceptionnellement fermé pour permettre le stockage des végétaux abattus et leur inspection par la Direction Régionale de l'Agriculture, l'Alimentation et de la Forêt (DRAAF), avant qu'ils ne soient broyés et incinérés. 

Les habitants ont aussi un rôle à jouer dans cette lutte. Ils doivent absolument déposer leurs déchets verts uniquement à la déchetterie de Divonne afin de limiter la propagation. La municipalité a aussi décidé de prendre en charge l'abattage des arbres infestés chez les particuliers. 

Reportage Franck Grassaud et Maryne Zammit
durée de la vidéo: 01 min 54
Divonne lutte contre la capricorne asiatique
Des arboristes grimpeurs de l'ONF et des chiens renifleurs de Capricorne à la rescousse
La surveillance de la présence du Capricorne asiatique combine des observations à la jumelle depuis le sol, l’intervention en hauteur d’arboristes grimpeurs de l’Office national des forêts (ONF).
Mais elle implique aussi une brigade cynophile spécialisée dont les chiens, particulièrement entraînés, sont aptes à flairer la présence des larves dans les troncs d’arbres à une distance allant jusqu’à une douzaine de mètres.
C’est dans le cadre de ces opérations de surveillance et grâce au flair des chiens, qu’un nouvel arbre infesté a été découvert en novembre dernier à Divonne-les-Bains.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature