"La folie pure" : les stations de moyenne montagne de l'Ain prises d'assaut

Publié le Mis à jour le
Écrit par Aude Henry .

"En raison de la très grande affluence aux Plans d'Hotonnes, l'accès est régulé par la gendarmerie", prévient l'Office de Tourisme Bugey Sud Grand Colombier, ce dimanche 10 janvier. Les stations de l'Ain orientées "activités nordiques" ont connu une fréquentation exceptionnelle ce week-end.

Sur toutes les photos partagées sur les réseaux sociaux on voit du monde, beaucoup de monde en moyenne montagne. La queue aux caisses du nordique dès 10h30, un parking d'accès aux Plans d'Hotonnes rempli, des bouchons en montant ou en descendant... à tel point qu'il a fallu faire appel à la gendarmerie de l'Ain pour réguler la circulation dans les petites stations du Plateau de Retord. Idem sur le plateau d'Hauteville, si l'on en croit les commentaires d'internautes. 

Emmanuelle Bebi-Hegoburu est la directrice de l'Office de Tourisme Bugey Sud Grand Colombier. "De la folie pure", "je n'ai jamais vu ça aux Plans d'Hotonnes", confie-t-elle en fin de journée. Même après les vacances scolaires, l'affluence ne faiblit pas dans les stations de moyenne montagne du département de l'Ain.

"Un besoin de prendre l'air"

La neige, le soleil y sont pour quelque chose. Mais cette affluence exceptionnelle est certainement liée à la crise sanitaire. Emmanuelle Bebi-Hegoburu se souvient d'un phénomène plus ou moins équivalent au mois de mai, après le premier confinement. "Il y a eu une très forte affluence pour les randonnées et les balades. Les gens ont besoin de prendre l'air. Et c'est partout pareil dans les petites stations de la région."

Ce besoin de sortir, de respirer, d'en profiter s'est encore accru depuis les vacances de fin d'année. Le week-end dernier, il y avait 2 à 3.000 personnes sur le Plateau de Retord. Et encore plus ce dimanche. "Toute la semaine nous avons reçu beaucoup d'appels et de demandes. Et vendredi, il y avait déjà beaucoup de monde", détaille la directrice de l'Office de Tourisme du secteur. Et ce ne sont pas que des habitués, bien au contraire.

Beaucoup sont des urbains, qui ont peu l'habitude de la montagne, voire pour qui c'est une première. Il y a toute une sensibilisation à faire pour de bonnes pratiques sur les sites.

Emmanuelle Bebi-Hegoburu, directrice de l'OT Bugey Sud-Grand Colombier

Une affluence qui ne fait pas forcément le profit

"Un gros volume de clients ne veut pas forcément dire une situation plus prolifique", indique Christophe Lebesgue. Le directeur d'exploitation du Plateau de Retord a du mal à faire le décompte de la fréquentation du site de ce week-end. Et pour cause, "beaucoup de gens sont simplement venus faire de la luge". Dans ce cas, les visiteurs ne passent pas forcément par les caisses.

Les activités de ski alpin représentent 70 à 80% du chiffre d'affaires, précise Christophe Lebesgue. C'est ce qui explique que les affluences exceptionnelles du week-end ne font pas "le bonheur" de la direction du Plateau de Retord. Le responsable a lui-aussi observé l'arrivée de nouveaux venus, qui ne prêtent pas toujours attention aux consignes et interdictions de pratiquer tel ou tel moyen de glisse, à tel ou tel endroit. "Face aux incivilités, il a fallu prendre des mesures, faire appel à la gendarmerie pour mettre de l'ordre au niveau du stationnement." 

Il y a malgré tout des points positifs en cette période de restrictions imposées par la Covid. "Le nombre de pratiquants de ski de fond ou de raquettes avait tendance à stagner, là nous sommes contents de rendre attractives ces activités nordiques", conclut Christophe Lebesgue.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité