Intempéries. La pluie détériore des peintures de la basilique d'Ars (Ain)

Dans l'Ain, la basilique du saint curé d'Ars a été victime des fortes pluies de ces dernières 24 heures. L'eau a même pénétré à l'intérieur de l'église. Des fresques ont souffert. Les gouttières de l'édifice sont visiblement en cause, mais les pigeons aussi.

C'est une basilique du XIXe, imaginée par le même architecte que Fourvière, Pierre Bossan. En 1862, une loterie avait permis de trouver en partie les fonds nécessaires à la construction. A la clef, les participants pouvaient gagner une montre du curé d'Ars et son prie-Dieu. 100.000 francs avaient ainsi été collectés.  

"Nous, peut-être qu'on sera aidé par Stéphane Bern", lance -très sérieusement- le Père Rémi Griveaux, recteur du Sanctuaire, devant des fresques humides et abîmées. "Hier soir, on avait un jet d'eau permanent qui coulait dans cette chapelle, on a rempli 11 seaux en à peine une demi-heure. Ce matin, c'est plus discret mais ça continue à dégouliner le long des murs. Regardez au sol, il y a encore quelques centimètres d'eau."

Les peintures sont tellement endommagées que, par endroit, les couleurs partent en gouttelettes. 

Les pompiers ont été appelés vers 22 heures, dimanche 3 octobre. Ils ont rapidement déployé la grande échelle pour voir d'où ces spectaculaires infiltrations provenaient. Certes, il pleuvait sans discontinuer depuis une dizaine d'heures, mais l'état des gouttières a rendu son verdict. Elles étaient chargées en fientes de pigeons et en brindilles.

"Le système électrique anti-pigeons, installé en 2005, ne fonctionne plus depuis quelques temps, donc toutes les saletés qu'ils amènent ont créé des bouchons", détaille Richard Paccaud, le maire d'Ars-sur-Formans.

durée de la vidéo: 113 h min
La basilique d'Ars victime de la pluie ©France 3

"Les pompiers nous ont aussi fait remarquer que les gargouilles ne crachent pas l'eau. Ces têtes de lions sont décoratives, elles ne sont pas percées, il va peut-être falloir y penser", se demande le maire. 

La conception des gouttières en question 

Ingénieur de formation, le recteur du Sanctuaire, pense aussi que cette réhabilitation des gargouilles "est une idée, parmi d'autres"

Une chose est sûre, les gouttières ont été volontairement cachées par l'architecte sous des corniches plus hautes. Donc, quand il y a un problème de bouchon, au lieu de passer par-dessus les corniches, l'eau pénètre à l'intérieur.

Père Rémi Griveaux, recteur du Sanctuaire d'Ars

En lien avec les Monuments Historiques, le maire espère que des solutions seront trouvées rapidement ou qu'au moins des études vont commencer pour comprendre le phénomène. "Pour une petite commune comme la nôtre, d'à peine 1500 habitants, c'est lourd à supporter un tel édifice. La plupart du temps, on est là pour faire les dossiers de demandes de subventions, et le diocèse paie le reste. Mais les temps sont durs pour tout le monde", explique Richard Paccaud, "alors pourquoi pas, oui, bénéficier de la loterie du patrimoine initiée par Stéphane Bern." 

Chaque année, le Sanctuaire du curé d'Ars accueille près de 400.000 visiteurs ou pélerins du monde entier, c'est le monument le plus visité du département de l'Ain. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture intempéries météo