Seyssel (Ain et Haute-Savoie) : un pont comme neuf mais toujours pas de fusion

Mercredi 2 décembre, les présidents de l'Ain et de la Haute-Savoie se sont retrouvés sur le pont à haubans de Seyssel dont ils ont financé la restauration. Une inauguration qui fait taire la polémique. Depuis des mois, des élus s'opposent autour de la fusion des deux Seyssel séparés par le Rhône. 
Le pont à haubans... des Seyssel.
Le pont à haubans... des Seyssel. © France 3
Le pont à haubans de Seyssel permet à la RD992 de franchir le Rhône pour relier les départements de l'Ain et de la Haute-Savoie. C'est aussi un trait d'union entre les 2 Seyssel, deux communes différentes. 

Mis en service en 1987, l'ouvrage de 220 mètres présentait de nombreux signes d'usure auxquels s'ajoutaient des phénomènes de gonflement interne du béton ! Il fallait donc agir vite. Débutés en avril 2019, les travaux se sont achevés en septembre dernier. La note de quelque 4 millions d'euros a été divisée en deux. 

Ce mercredi matin, les présidents des Départements financeurs ont donc inauguré le renouveau du pont. Devant la presse, ils ont affiché une entente cordiale presque amicale."Mais on s'entend très bien avec Jean", lançait Christian Monteil, le "patron" de la Haute-Savoie, balayant d'un revers de main la polémique passée.

"On tourne la page"

En juillet 2019, deux parlementaires avaient proposé la fusion des Seyssel, sous la bannière haut-savoyarde, un projet finalement repoussé par le Gouvernement. Mais le mal été fait. Le président du Département de l'Ain s'étonnant d'une "initiative unilatérale, prise sans avertir ni solliciter le point de vue de la collectivité aindinoise, et peu respectueuse des relations de qualité qui existent pourtant entre les deux Départements"

"Le principe premier, c'est le respect de notre intégrité territoriale", répétait Jean Deguerry. 

La fusion des 2 Seyssel, pourtant réclamée par les municipalités elles-mêmes, a donc été abandonnée. "On a bataillé, on a perdu, on tourne la page", concluait Michel Botteri, le maire de Seyssel Ain, à l'issue de l'inauguration. 
 
"Le Rhône est une belle frontière naturelle, et c'est très bien comme ça", ajoutait la préfète de l'Ain, Catherine de la Robertie. 

Véritable serpent de mer, cette idée de fusion reviendra sûrement dans les discussions quand l'eau aura un peu coulé sous le pont. 

Reportage Franck Grassaud et Maryne Zammit
Seyssel : un pont mais pas de fusion

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique aménagement du territoire environnement