Chaleins (Ain) - Le désarroi des salariés du GAEC du Perrat

© France 3 RA
© France 3 RA

Il y a une semaine, à Chaleins, le GAEC du Perrat faisait la une après la diffusion d'une vidéo par l'association L214 montrant les conditions de vie des volailles. Des images volées à l'intérieur de l'élevage de poules pondeuses. Aujourd'hui certains employés ont décidé de prendre la parole. 

Par dm


Après la diffusion de la vidéo, le groupe Mâtines qui achetaient toute la production a annulé tous ses contrats avec le Gaec du Perrat. L'entreprise dispose aujourd'hui d'un stock de 600 000 oeufs, en parfait état, prêts à être consommés. Mais faute d'acheteur, ils seront peut-être détruits.
Illustration / © France 3 RA
Illustration / © France 3 RA

Le GAEC du Perrat compte 23 salariés et aujourd'hui leur sort est incertain. Ces employés réfutent les accusations de maltraitance envers les animaux. Tous ont le sentiment d'avoir été sacrifiés, d'être les laissés-pour-compte de cette affaire. Le GAEC doit fermer d'ici trois semaines, ils espèrent monter une SCOP ou trouver un repreneur pour sauver leurs emplois.

Le reportage 
Chaleins (Ain) - Le désarroi des salariés du GAEC du Perrat
reportage R.Gardette / A.Jacques / A.Gavin - 31/5/16 - Intervenants : Emmanuel Marteau, Délégué du personnel / Hermine Smedts, Chef d'élevage - France 3 RA

De son côté, la préfecture de l'Ain indique dans un communiqué que "l’État sera vigilant aux possibilités de réembaucher localement les employés de l’exploitation, et travaillera de concert avec l’administrateur désigné par le tribunal de grande instance de Bourg en Bresse dès mars 2016."

Le sauvetage des volailles

Le 27 mai dernier, sur instruction de Ségolène Royal et Stéphane Le Foll, la préfecture de l'Ain a ordonné l’évacuation des poules sous trois semaines ainsi que le nettoyage et la désinfection des bâtiments. La préfecture indique aujourd'hui "avoir obtenu en urgence des fournisseurs d’aliments qu’ils maintiennent les livraisons afin que les animaux continuent d’être entretenus. L’éleveur continue sa recherche de solutions d’évacuation des animaux." Les gestionnaires du Gaec ont le choix entre le don, la vente ou l'abattage pur et simple des volailles. Le poulailler de Chaleins propose donc à tous ceux qui le veulent, de racheter ces pondeuses, pour leur éviter l'abattoir. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Lutte contre le Cancer du sein

Les + Lus